RMC

Débats sur le climat dans les lycées: "Faire ça un vendredi après-midi, ce n'est pas une bonne idée"

Des débats "dans tous les lycées de France" vendredi, jour de la grève mondiale des élèves pour le climat: cette annonce du ministère de l'Education arrive bien tard et est insuffisant, aux yeux des enseignants et étudiants les plus engagés.

Depuis plusieurs semaines, les lycéens ont pris l'habitude de manifester pour le climat, répondant à l'appel de l'adolescente suédoise Greta Thunberg. Alors qu'une grève internationale est prévue, le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer a annoncé l'organisation de débats dans les lycées français.

Pour Clément, élève en terminale dans un lycée de Toulouse, ce débat aurait mérité un horaire plus adapté :"Au niveau de l’heure, ce n’est peut-être pas une bonne idée, de le faire le vendredi en fin d’après-midi, puisqu’il y a plusieurs lycéens qui projetaient d’aller manifester".

"On ne peut plus sauver la planète"

Timothée lui, a tranché, il préfère assister au débat que manifester : "Cela m’intéresse, je veux être sensibilisé à cela, pour mieux vivre avec vu que c’est nous que cela touchera en particulier". Benjamin, élève en classe de première, estime que c’est un débat inutile: "Je trouve que c’est beaucoup trop tard, qu’on s’y prend beaucoup trop tard et que l’on ne peut plus sauver la planète".

"La question de la transition écologique doit s’envisager sur la longueur"

Pour Louis Dugros prof de physique et de chimie dans l’établissement, c’est un simple coup de communication du ministre: "Un vendredi ne suffit absolument pas, la question de la transition écologique, elle doit s’envisager sur la longueur et je pense qu’il faut construire les programmes autour de la transition écologique, et pas juste en faire un petit débat, et puis, ensuite, on range cela, et on oublie".

Dans ce lycée, les enseignants n'ont pas attendus le ministre. Depuis plusieurs semaines, ils ont mis en place des ateliers pour permettre aux élèves de réfléchir à la question de la transition écologique.

Jean-Wilfried Forquès (avec Guillaume Dussourt)