RMC

"Dupin Quotidien": le tiers-payant étendu aux nounous

La secrétaire d'Etat, Christelle Dubos a présenté ce mardi le nouveau dispositif en ligne "Pajemploi +". Mais en quoi consiste-t-il?

Aujourd'hui, vous déclarez votre nounou ou assistante maternelle agréée chaque fin de mois sur la plateforme Pajemploi. Vous payez son salaire plus les charges sociales, qui vous sont ensuite tout ou partie remboursées par la Caf au titre d'une aide, le complément mode de garde, le CMG. 

Disons que son salaire est de 400 euros par mois. Dans ce cas, les charges s'élèvent à 326 euros. Ce qui vous fait un total de 726 euros à verser chaque mois. Vous avez droit à un peu plus de 500 euros de CMG, qui vous sera donc versé ensuite par la Caf. 

La nouvelle plateforme calcule directement le montant des charges et de l'aide à laquelle vous avez droit. Et ne vous prélève que le reste a charge. Dans ce cas, 726 - 500 = 226 euros par mois. 

Une simplification pour les parents employeurs

Avec le système actuel, la Caf ne verse les aides qu'au bout de 15 jours. Là, le reste à charge sera prélevé seulement 48 heures après votre déclaration sur le site, et le salaire sera versé sous 5 jours par l'Urssaf.

Ce qui permet un système moins précaire. Les employés touchent donc leur salaire plus vite. Et les ménages modestes n'ont plus à se serrer la ceinture le temps que les aides soient versées. 

C'est souvent ce qui les freine à choisir une garde à domicile. Ils préfèrent se tourner vers les crèches même loin de chez eux. Ou garder les enfants eux-mêmes, quitte à arrêter de travailler. Au total, plus de 800.000 parents d'enfants de moins de 6 ans sont concernés.

Est-ce que ça va être obligatoire?

C'est une mesure optionnelle. D'ailleurs, pour que ça fonctionne, il faut que l'employeur et l'employé soient tous les deux inscrits.

Si vous ne voulez pas changer, le mode de fonctionnement traditionnel va de toute manière devenir lui aussi plus efficace. Les aides seront versées aux familles 3 jours après la déclaration. 

Les assistants maternels eux, s'inquiètent pour le décompte de leurs heures supplémentaires. Dès le 1er janvier prochain, ils seront soumis au prélèvement à la source. Les retards de paiement seront plus difficiles à gérer.

Anaïs Bouitcha