RMC

Faut-il remplacer les manuels papier par des manuels numériques au lycée? Ça fait débat sur RMC

-

- - -

Le président délégué de l’association des Régions de France lance un appel pour remplacer les manuels scolaires par des tablettes numériques. Selon lui, le coût des manuels devient trop élevé pour les régions.

Trop cher les manuels scolaires des lycéens? Oui, selon le président délégué de l’association des Régions de France qui voudrait les voir remplacer par des tablettes numériques. 

Pour mettre à jour tous les manuels papier dans les deux ans à venir, les régions vont devoir débourser 300 millions d’euros. Trop cher pour François Bonneau, le président délégué des régions de France, qui espère diviser ce coût par deux. Et surtout pas adapté à la réalité des lycéens aujourd’hui.

Kevin fera sa rentrée en 1ère la semaine prochaine à Vitrolles dans les Bouches-du-Rhône. Il rêverait de troquer ses gros manuels papiers contre une tablette: "Déjà au niveau de la place dans le sac, on n'a que la tablette à prendre plutôt que de prendre tous les manuels pour la journée. C'est quand même très lourd. C'est aussi plus ludique parce qu'on travaille en classe avec des objets qui sont habituellement faits pour le jeu".

Depuis l’an dernier, une vaste expérimentation a été lancée dans la région Grand-Est. Ça s’appelle "Lycée 4.0". Dans une cinquantaine d’établissements, les manuels papiers ont été remplacés par des tablettes ou des ordinateurs. Les parents les plus défavorisés ont reçu des aides pour équiper leurs ados.

"Ce n'est pas pertinent sur le plan pédagogique"

Premier retour d’expérience: un sac à dos plus léger, un enseignement plus ludique dans certaines matières. Mais, parce qu’il faut bien un mais, des professeurs qui s’inquiètent du tout écran et de la dépendance de leurs élèves à ces appareils.

Jean-Rémi Girard est le président du Snalc, le syndicat de l’éducation nationale et du supérieur: "Ce n'est pas une bonne chose de demander aux lycéens de n'avoir que du numérique parce que ce n'est pas pertinent sur le plan pédagogique. Ce n'est pas bon pour l'enseignement. Le papier n'a pas que des défauts, c'est très pratique. Ça ne se casse pas, ça se vole moins, ça n'a pas à se recharger. Mais l'idée de dire que c'est la modernité, on sait déjà que ça ne marche pas, donc pourquoi est-ce qu'on s'obstine?"

L’idée des régions de France n’est pas non plus de remiser tous les manuels papiers au placard. Un petit stock serait conservé dans chaque lycée avec la possibilité de les utiliser en cas de besoin pour des cours spécifiques.

Matthieu Rouault (avec P.B.)