RMC

"Si nous avons la même canicule qu'en 2003, il pourrait y avoir 5000 à 6000 morts", alerte un directeur de maison de retraite

Pour le président de l'association des directeurs au service des personnes âgées, les fortes chaleurs pourraient entraîner des milliers de morts, loin cependant des chiffres de 2003.

Touchés par un épisode caniculaire d'ampleur, 53 départements français ont été placés en alerte orange lundi. La vague de chaleur fait redouter un nouvel été dramatique après celui de 2003 pendant lequel 15.000 personnes âgées avaient trouvé la mort.

Mais selon Pascal Champvert, président de l'association des directeurs au service des personnes âgées (ADPA), "les différents gouvernement depuis 2003 ont tiré un certain nombre de conséquences notamment au niveau des alertes Météo France, de la circulation de l'information et de la prévention".

Une canicule bien plus étendue en 2003

S'il redoute la même canicule qu'en 2003, il estime cependant que les différentes mesures ont permis de sauver de nombreuses vies même si il craint des milliers de décès: "S'il y avait la même canicule qu'en 2003 nous n'aurions pas 15.000 morts mais je ne sais pas si il y en aurait pas 5-6-7000", a-t-il prévenu, rappelant cependant que la canicule de 2003 s'était étalée sur une période beaucoup plus longue, avec un fin juin chaude, un mois de juillet chaud et un mois d'août "extrêmement chaud".

Les cotisations de la journée de solidarité pas reversée aux Seniors

Alors qu'il salue les mesures prises par l'Etat depuis 2003, Pascal Champvert estime cependant que les promesses de personnels supplémentaires n'ont pas été respectées et ajoute que l'argent de la journée de solidarité n'a pas été entièrement reversée.

"La Journée de la Solidarité a permis de créer quelques nouveaux postes mais c'est insuffisant. Les cotisations de la journée de la solidarité n'ont pas été reversées aux seniors, il faut que cela change!", a-t-il conclu.
Guillaume Dussourt