RMC

Interdiction du voile : « Gare aux excès », dit Dati

Rachida Dati, ce mardi sur BFMTV et RMC dans Bourdin Direct.

Rachida Dati, ce mardi sur BFMTV et RMC dans Bourdin Direct. - -

Invitée ce mardi de Bourdin Direct, Rachida Dati s’oppose à la décision de Luc Chatel d’interdire aux mères d’élèves voilées de participer aux sorties scolaires. L’ancienne Garde des Sceaux parle d’un « excès qui peut amener à faire peur ».

Il y a une semaine, le ministre de l’Education nationale avait annoncé que les mères d’élèves voilées n’étaient pas autorisées à participer aux sorties scolaires. Selon Luc Chatel, « lorsqu'on est parent d'élève et qu'on participe à une sortie scolaire, (...) on est assimilé à des personnels occasionnels de l'Education nationale », tombant donc sous le coup de la loi de 2004 contre le port des signes religieux à l’école. Une position sur laquelle l’ex-ministre de la Justice, Rachida Dati, se montre extrêmement réservée : « Il faut faire très attention, parce que le foulard à l’école a été interdit par la loi de 2004 comme, d’ailleurs, le voile intégral a été interdit par une loi récente. Or je vous ferais remarquer qu’il y a eu beaucoup de débats pour conduire à l’adoption de ces textes », précise-t-elle.

« Attention à ne pas en rajouter »

« Certains les ont présentées comme des lois anti-musulmans, poursuit Rachida Dati. Est-ce que pendant tous ces débats il y a eu une seule manifestation de violence ? Une seule contestation de musulmans ? Aucune. (…) Donc les musulmans se satisfont de ces lois. Donc il faut faire très attention de ne pas en rajouter. Est-ce qu’une maman qui porte un foulard, c’est un signe ostentatoire religieux ? Il faut faire attention à ne pas non plus être dans des excès. Là ça peut être un excès qui peut amener à faire peur par des malentendus et des incompréhensions. On peut aussi dans ce cas-là interdire aux mamans qui ont une casquette d’accompagner, dans le cadre de sorties scolaires, leur enfant ».

Pour retrouver l'intégralité du podcast de l'interview de Rachida Dati chez Jean-Jacques Bourdin, cliquez ici.

La Rédaction