RMC

Jean-Michel Blanquer: "On est dans une société suffisamment énervée pour s'énerver inutilement"

Jean-Michel Blanquer sur les "fake news" autour de l'école: "On est dans une société suffisamment énervée pour ne pas s'énerver inutilement"

Jean-Michel Blanquer sur les "fake news" autour de l'école: "On est dans une société suffisamment énervée pour ne pas s'énerver inutilement" - RMC

Le ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse était l'invité exceptionnel de Jean-Jacques Bourdin de 6h à 9h.

Face aux auditeurs: Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale et de la jeunesse était sur RMC, vendredi matin, afin de présenter son projet de loi "Ecole de la confiance".

Interrogé par Laurent Neumann et Eric Brunet vers 7h50 sur RMC, Jean-Michel Blanquer est revenu sur les "Stylos rouges", mouvement des enseignants en colère: "Je suis vigilant à cela. Les représentants des 'Stylos rouges' ont d'ailleurs été reçus jeudi au ministère pour aborder ces sujets qui étaient avant tout des questions de pouvoir d'achat. Et qui me semblent assez normales". 

Le ministre en a profité pour rappeler que de nombreuses fausses informations étaient diffusées via les réseaux sociaux:

"Il y a deux semaines, on a dit partout, par exemple, que les écoles maternelles allaient être supprimées, alors même que le dispositif emblématique de la loi est l'enseignement obligatoire dès 3 ans. Autrement dit, nous soulignons l'importance, très grande, de l'école maternelle. On va améliorer le taux d'encadrement, améliorer la formation, généraliser l'école maternelle".

Plus tôt, le ministre avait confié: "On est dans une société suffisamment énervée pour s'énerver inutilement" après la question d'une CPE en colère après une conclusion d'un rapport de la Cour des comptes selon laquelle certains enseignants ne travaillaient pas leur nombre d'heures.

"Il ne faut pas s'énerver sur un rapport de la Cour des comptes, il y en a beaucoup, ils disent différentes choses et il faut parfois faire le tri. Et je ne ferai que des choses très justes en la matière. Sentez-vous soutenus!" a-t-il adressé aux enseignants.

Xavier Allain