RMC

"La littérature jeunesse a envahi les programmes scolaires": les enfants sont-ils devenus incultes?

Chez les "Grandes Gueules", on s'inquiète d'une éventuelle baisse du niveau des élèves français. Et plus particulièrement du niveau culturel alors que la littérature jeunesse semble avoir remplacé les classiques de la littérature.

Moins de livres, plus de smartphones ? Près de 20% des enfants entre 5 et 8 ans n’ont pas de livres chez eux, révèle une étude de la National Literacy Trust, une ONG qui promeut l’alphabétisation.

Ce chiffre est le plus élevé constaté depuis 2019 et serait lié à la hausse du coût de la vie. En effet, 87 % des parents indiquent avoir perdu en revenus et 64 % qu’ils ont restreint les dépenses pour les livres. 51 % considèrent tout simplement que les bouquins sont trop chers désormais.

De quoi faire s’interroger les "Grandes Gueules": nos enfants sont-ils devenus incultes? Oui, plaide Barbara Lefebvre, l’ex-enseignante en reconversion qui n’oppose pas lecture et écrans mais invite à réinvestir les bibliothèques: "On peut ne pas avoir de livres à la maison parce qu’on n’a pas d’argent, mais on peut toujours aller dans les bibliothèques et les médiathèques. Cela se faisait déjà auparavant", rappelle-t-elle.

Elle estime aujourd’hui que l’Éducation nationale et de nombreux parents, des classes populaires mais aussi de classes plus aisées, ne fournissent plus le bagage culturel nécessaire pour l’ouverture au monde des enfants.

"La culture elle s'élargit"

Et lire n’est pas suffisant pour Barbara Lefebvre qui tacle la littérature jeunesse : "Ma fille a lu tout "Percy Jackson". C’est n’importe quoi et ce n’est que du business. Le rôle de l’école, c’est de lui faire lire "Les métamorphoses d’Ovide". La littérature jeunesse a envahi les programmes scolaires. Les enseignants du premier degré font lire aux enfants de la littérature jeunesse!".

"L’école devrait être chargée de transmettre les savoirs fondamentaux culturels qui font de nous un héritage civilisationnel", plaide l’ancienne enseignante.

Pour Olivier Truchot, la culture évolue : "La culture ce n’est plus seulement Victor Hugo, elle s’élargit", estime-t-il. Au grand dam de Barbara Lefebvre: "Bientôt Guillaume Musso au bac ? on avance", ironise-t-elle.

"Il y a de la fainéantise"

Pour Kaouther Ben Mohamed, éducatrice de formation et mère d’un petit garçon, "les enfants ne savent plus lire aujourd’hui". "Au-delà des problèmes d’orthographe, il y a un problème d’accès à l’instruction", déplore la présidente de "Marseille en colère".

Pour Benjamin, professeur dans le Val-de-Marne, le niveau et la motivation baissent: "Je constate depuis longtemps que les jeunes ne comprennent plus rien. Il y a de la fainéantise. Quand ils voient un long texte, cela leur fait peur. Ils lisent le début puis ils arrêtent", déplore-t-il, voyant également une baisse de la culture scientifique des élèves.

Au dernier classement Pisa (Programme international pour le suivi des acquis des élèves) publié par l'OCDE en décembre 2019, la France se classait 23e sur 79 pays évalués, au même niveau qu'en 2016, date de la dernière étude. Le prochain classement doit être dévoilé en décembre 2022.

G.D.