RMC

Le prix des fournitures scolaires stabilisé cette année: "une très bonne nouvelle pour les familles"

Cette année le prix des fournitures scolaires reste stable.

Cette année le prix des fournitures scolaires reste stable. - Boris Horvat - AFP

Le prix des fournitures se stabilise cette année selon le baromètre annuel de l'association Familles de France. Une bonne nouvelle pour son président Patrick Chrétien, invité de RMC mercredi qui réclame malgré tout une meilleure répartition de l'Allocation de rentrée scolaire (ARS) pour soutenir les familles.

Cette année, le coût moyen de la rentrée scolaire s'élèvera à 190,24 euros pour un élève de 6e. Un prix stable relevé par le baromètre de Familles de France qui a relevé le prix de 45 articles dans 260 magasins de France. "Nous sommes sur une stagnation du prix de la rentrée scolaire, c'est une très bonne nouvelle pour les familles", note Patrick Chrétien, président de l'association sur RMC. "C'est une tendance générale, les fournitures scolaires n'ont pas augmenté cette année, en tout cas d'une façon globale", poursuit-il.

Familles de France a cependant constaté "des disparités" avec de faibles hausses sur certains produits mais qui s'équilibrent avec des petites baisses de prix.

"Ce qui augmente un peu c'est plutôt les produits à base de papier et carton et ceux qui baissent ce sont toutes les fournitures dans lesquelles les matériaux sont à base de plastique. Vraisemblablement le cours du pétrole a eu une influence importante sur ces matériaux", estime Patrick Chrétien. 

Les magasins spécialisés plus chers que les supermarchés

S'équiper pour la rentrée cette année coûtera par ailleurs plus cher dans les magasins spécialisés que dans les supermarchés. "Les hypers et super ont des réseaux énormes qui ont des forces de négociation extrêmement importantes auprès de leurs fournisseurs qui bénéficient donc de prix importants", explique le président de Famille de France. 

S'il se satisfait de ce bilan plutôt profitable aux familles pour la rentrée, Patrick Chrétien déplore cependant la non revalorisation de l'Allocation de rentrée scolaire (ARS). Avec son association, il milite pour qu'elle soit modulée en fonction de la classe de l'enfant.

"Il y a une modulation sur l'ARS qui est une vingtaine d'euros entre les différents niveaux. Nous préférerions qu'elle soit plus faible pour les classes primaires et plus forte pour les classes concernant les adolescents, en particulier pour les lycées pro où les achats de matières spécifiques sont extrêmement onéreux", réclame-t-il. 

C. B