RMC

Les adolescents ont-ils un accès trop facile aux sites pornographiques?

Les jeunes sont-ils trop exposés au porno? Une principale d'un collège de Nouvelle-Aquitaine est inquiète de l'hyper sexualité des élèves... dès la 6ème.

A Mios, tout près d’Arcachon, en Gironde, les parents d’élèves du collège viennent de recevoir un courrier de la principale. Elle les alerte sur les "multiples difficultés rencontrées cette année avec les élèves de 6ème et 5ème", c’est-à-dire des enfants de 11 à 12 ans. Des difficultés "liées à l’hypersexualité".

La principale du collège évoque le "visionnage de films à caractère pornographique, exhibitionnisme, masturbation dans la cour de récréation, attouchements des parties intimes, diffusions de photos dénudées ou vidéos sur les réseaux sociaux, réalisation de vidéos à caractère pornographique".

Raphaël, 12 ans: "Regarder du porno au collège, c'est courant"

Sur les 600 élèves que compte ce collège public de Mios, une quinzaine sont directement concernés. Et ce alors même que le téléphone portable est interdit dans l’enceinte du collège. Des sanctions ont été prises, les parents convoqués, la direction du collège va aussi demander à la gendarmerie de faire de la prévention auprès des élèves et des parents.

Mais tout ça n’étonne pas Raphaël, un pré-ado parisien. Il a 12 ans, il est collégien. Et selon lui, ça démarrerait bien plus tôt.

"Regarder du porno au collège, c'est courant, ça a beaucoup changé depuis un an. J'ai un cousin qui a huit ans qui en a déjà vu ça m'a choqué alors qu'avant à leur âge, je savais même pas comment on faisait les enfants et maintenant ça va super vite avec Internet. C'est pas normal de laisser ça à des enfants, c'est fait par des adultes pour des adultes, faut pas regarder ça." 

"Il faudrait prouver que l'on a 18 ans"

En France, selon une étude de l’Ifop, l’âge moyen du premier visionnage d’images porno est de plus en plus tôt. Il se situe aujourd’hui à 14 ans et 5 mois.

Selon une autre enquête, de l’Ipsos cette fois, 21% des 14-24 ans consomment du porno au moins une fois par semaine, 9% une fois par jour et 5% plusieurs fois par jour. Et rien ni personne ne pourra les en empêcher selon Justine Atlan, directrice de l’association E-enfance.

"Il n'y a absolument aucun filtre, aucune barrière. Ce qui serait souhaitable c'est qu'il y ait une incapacité en fait d'aller consulter de la pornographie pour tout le monde sauf à être en capacité de vraiment prouver que l'on a 18 ans."

Le Royaume-Uni va tester un système de vérification de l’âge. A partir du 15 juillet prochain, les majeurs devront scanner leur carte d’identité pour accéder au sites pornographiques.

Matthieu Rouault