RMC

Manipulation, propagande, importantes subventions… ce que l’on sait de la polémique autour d'"Avenir lycéen", syndicat "pro-Blanquer"

Deux enquêtes viennent d'être publiées au sujet de l'organisation de jeunesse "Avenir lycéen", syndicat "pro-Blanquer".

Le ministre de l'éducation nationale a-t-il créé et instrumentalisé un syndicat lycéen? Deux enquêtes viennent d'être publiées au sujet de l'organisation de jeunesse "Avenir lycéen".

Libération et Mediapart affirment que non seulement l'association a été créée de toute pièce pour soutenir l'action du ministère de l'éducation nationale mais qu'en plus, elle aurait reçu des dizaines de milliers d'euros de subvention engloutis dans des dépenses non justifiées.

"Avenir lycéen" se défend dans un communiqué: "Personne ne nous a manipulés. À aucun moment quiconque au ministère de l'Éducation Nationale n'a "utilisé" notre mouvement".

Deux enquêtes donc, témoignages et preuves à l'appui, qui provoquent un tollé chez les organisations lycéennes. Les syndicats lycéens dénoncent des manipulations voire une propagande organisée par l'Etat. Les témoignages recueillis par le journal Libération tendent à montrer que l'organisation "Avenir lycéen", crée fin 2018 alors que des blocages s'organisaient dans les lycées, était pilotée directement du ministère pour servir ses intérêts.

65.000 euros de subventions

Le bras droit de Jean-Michel Blanquer à l'époque et plusieurs recteurs sont mis en cause par d'anciens lycéens qui racontent avoir été instrumentalisés, téléguidés pour répandre la bonne parole dans les lycées, notamment sur la réforme du bac.

Plus grave encore, Mediapart révèle que cette organisation a reçu 65.000 euros de subventions du ministère en grande partie dilapidées pour des frais de bouches ou des chambres dans des hôtels de luxe. Le ministère refuse de parler d'instrumentalisation et rappelle qu'une enquête administrative a été ouverte sur les soupçons de malversation.

Pierrick Bonno (avec C.P.)