RMC

"On a vu la jeune fille, elle était en feu": des élèves racontent la tentative d'immolation d'une élève dans un lycée de Villemomble

Une jeune fille de 18 ans a tenté de s'immoler par le feu avant de se jeter du premier étage dans ce lycée de Seine-Saint-Denis. Elle a été transportée à l'hôpital dans un état très grave.

Scène d'horreur lundi dans un lycée de Seine-Saint-Denis. Une jeune fille de 18 ans a tenté de s'immoler par le feu avant de se jeter du premier étage devant ses camarades et du personnel de l'établissement.

Cette lycéenne en classe de première au lycée Georges Clémenceau de Villemomble était suivie psychologiquement. Elle a été transportée à l'hôpital dans un état très grave.

Tout s'est passé extrêmement vite lundi après-midi. La plupart des élèves ont été surpris alors qu’ils étaient en classe comme cet élève de Terminal.

"En plein cours, on a entendu des cris. Une alarme a retenti dans le lycée et au début, on pensait que c’était une bagarre qui avait éclaté au sein du lycée, mais en fait non", indique cet élève. 

L'élève de première s'est d'abord aspergée d'un liquide inflammable à l'abri des regards avant de se jeter d'une passerelle et tomber dans le hall de l'établissement. Une scène d'une rare violence en plein cœur du lycée, raconte cet autre élève.

"Il y a une dame qui courait en disant qu'une fille s'était aspergée d'essence. On l'a cherchée, on a vu la jeune fille, elle était en feu. Elle criait et il y avait des surveillants qui ont tenté d’éteindre le feu, etc. Après, ils nous ont dit de sortir et on ne sait pas ce qu'il s'est passé", explique-t-il.

Une jeune fille "en détresse"

Décrite comme fragile psychologiquement, certains élèves nous ont affirmé sous le choc qu'elle était victime de harcèlement et qu'elle aurait déjà tenté de se suicider. "Je n’aurais jamais cru qu'elle ferait ça", indique l’un d’entre eux. D'autres, la décrive comme très fragile psychologiquement. Cherine, était dans sa classe en seconde.

"Je l'ai toujours vu seule, quelqu'un en détresse, très gentille, mais pas forcément aidée. Mettre feu à son propre corps et sauter, c’est vraiment s’infliger quelque chose de très dur, c’est très bouleversant", explique-t-elle. 

Une enquête est en cours pour déterminer les circonstances exactes de cet acte désespéré. Pour l'instant, le recteur de l'Académie de Créteil appelle à la plus grande prudence face aux rumeurs qui peuvent circuler. Il sera présent sur place ce matin aux côtés du personnel et des élèves du lycée. 

Marie Monier et Nicolas Traino avec Guillaume Descours