RMC

"On ne peut pas séparer des familles": un enseignant coincé à 10.000 km de ses proches

Coincé en Seine-Saint-Denis, à 10.000 kilomètres de sa femme et de son fils qui habitent à La Réunion, un professeur des écoles demande en vain sa mutation depuis trois ans. Mais l'académie de Créteil lui refuse toujours pour l'instant.

Aurélien est professeur des écoles en Seine-Saint-Denis depuis 2015. Enseigner dans les quartiers difficiles, c'est une vocation pour lui. Mais il y a trois ans, sa femme tombe enceinte. Elle aussi enseigne en primaire et elle obtient une mutation pour rentrer près de ses proches, sur l'île de La Réunion. Aurélien pense pouvoir la rejoindre assez rapidement, mais depuis trois ans, toutes ses demandes sont rejetées. Il vient d'essuyer un nouveau refus et il va faire sa troisième rentrée loin de sa femme et de son fils, qui tous les soirs embrasse une photo de son père avant de s'endormir. 

"Le bébé vit la situation de plus en plus mal. Lors des vacances d'octobre, quand je suis arrivé en descendant de l'avion, je l'ai pris dans mes bras mais il ne voulait plus me regarder, comme si je n'existais pas. Quand je suis parti, il allait encore plus mal. Il a perdu un kilo. J'ai le carnet de santé du bébé, que j'ai transmis en disant que ce n'est pas possible de séparer les familles comme ça. Je n'ai eu aucun retour", assure l'enseignant.

Sans parler des conséquences financières, un double loyer et des billets d'avion à payer... Aurélien a écrit à Emmanuel Macron, deux fois. Le directeur de cabinet de la présidence a transmis son dossier au ministère de l'Education. Mais rien ne bouge. 

Que dit l'académie de Créteil ?

De son côté, l'académie de Créteil, dont dépend Aurélien, assure qu'il n'a pas cumulé suffisamment de points pour partir. Car la Seine-Saint-Denis applique des critères particulièrement drastiques pour cumuler les points en question. Et il y aurait bien une autre procédure possible, mais elle fonctionne sur un système d'échange. C'est-à-dire que pour pouvoir quitter la Seine-Saint-Denis pour La Réunion, il faut qu'il y ait des demandes de mutation de La Réunion vers la Seine-Saint-Denis. Autant dire que ce n'est pas très courant... Pourtant, une note ministérielle préconise de prendre en compte le rapprochement des conjoints.

"C'est un département déficitaire en enseignants, mais les gens ne veulent pas venir parce qu'ils savent que si on met le pied dedans, on ne peut pas partir. Le département ne respecte même pas les consignes de l'administration, il fait ses propres lois. Il faudrait des enseignants motivés à 200% et qui donnent le plus pour des élèves qui en ont besoin. Mais face à eux, ils mettent des enseignants qui ne sont pas bien, qui sont malheureux", déplore Aurélien.

La femme d'Aurélien, Ingrid, a voulu adresser un petit message dans une petite vidéo d'elle et de son fils Julian: "C'est pour lui qu'on se bat très fort avec son papa pour sa mutation et que Julian ait son papa à ses côtés". L'académie de Créteil admet que la situation d'Aurélien est compliquée et s'engage à l'examiner avec la plus grande attention.

Marie Dupin et Anne-Lyvia Tollinchi