RMC

"On parle d’une perte de 800 euros au niveau de la retraite": à la rentrée, les enseignants toujours mobilisés contre la réforme

Les enseignants restent mobilisés contre la réforme ds retraites et ne veulent pas entendre parler des promesses de Jean-Michel Blanquer le ministre de l'Education.

C'est la rentrée dans les établissements scolaires après quinze jours de vacances qui n'ont pas calmé la colère des profs, de la maternelle au lycée. Laure Franques enseignante à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) reste déterminée à faire plier le gouvernement: "Je ne me suis pas arrêtée de me mobiliser. Pour ma part, j’étais à la manifestation à La Rochelle. Là c’est la rentrée, on reprend et jeudi je serai dans la rue pour dire non et demander le retrait de cette réforme", assure-t-elle à RMC.

Jean-Michel Blanquer a promis aux enseignants une revalorisation de salaire pour compenser la baisse des pensions de retraites due à la réforme. Une arnaque estime Catherine Da Silva, directrice d'école à Saint-Denis et représentante pour le SNUI-PP FSU 93: "On parle d’une perte au niveau de la retraite de près de 800 à 900 euros pour certains. On nous empêche de bien faire notre métier, on est en souffrance au travail à cause de ça et en plus par-dessus on nous dit qu’on va nous paupériser pour la retraite, c’est intenable".

Leurs conditions de travail qui risquent de se dégrader si l'âge de départ à la retraite est repoussé selon Benjamin Arassus, directeur d'école maternelle à Bobigny: "Je ne vois pas comment on peut être à 64 ans en train de travailler encore avec des enfants en petite section. Cela demande de l’énergie, ça demande de l’attention pour assurer les apprentissages". Benjamin poursuit la grève cette semaine, conscient des difficultés que cela entraîne pour les parents d'élèves. Des perturbations sont à prévoir dans les établissements où des grévistes sont attendus.

Caroline Philippe et Rémi Ink (avec Guillaume Dussourt)