RMC

Pourquoi les étudiants sont-ils très critiques envers l'émission de Gabriel Attal face à des influenceurs?

De nombreux étudiants ont vivement critiqué la rencontre entre le porte-parole du gouvernement et des influenceurs. Lors de cet entretien diffusé en direct sur Twitch, les différents parties avaient notamment évoqué la situation des étudiants.

Ras-le-bol des influenceurs? Alors que le président de la République doit rencontrer MacFly et Carlito deux youtubeurs, l’exercice de Gabriel Attal le 25 février dernier n’a pas fait que des heureux.

Particulièrement dans les rangs des principaux intéressés. Jeudi, le porte-parole du gouvernement recevait à l’occasion d’un live Twitch, plusieurs influenceurs, très populaire sur les réseaux sociaux. Mais les étudiants, dont il a beaucoup été question font depuis part de leur colère sous le hashtag #etudiantspasinfluenceurs, s’estimant très mal représentés, en évoquant des Youtubers qui n’ont jamais fait d’études et dont la réussite les tiens éloignés des préoccupations actuelles des étudiants, dans une forte détresse psychologique et financière en raison de la pandémie.

"Le remplissage par le vide qu'opèrent les influenceurs sur les cerveaux des jeunes m'effraie et me consterne... En revanche, je ne pense pas que l’islamo-gauchisme à l’université soit une préoccupation des étudiants. Leur colère doit être entendue et le gouvernement doit réagir !", a soutenu ce lundi sur RMC l’avocat Charles Consigny, alors que les étudiants reprochent au gouvernement et à sa ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal de ne pas prendre à bras-le-corps leur situation.

"On est dans le pansement permanent un peu démago"

Même son de cloche pour Marie-Anne Soubré, l'autre avocate présente sur le plateau des "Grandes Gueules ce lundi: "Que Gabriel Attal prenne pour interlocuteurs des gens qui n'ont rien à voir avec l'étudiant et le jeune de base, ça me pose une difficulté. Pour parler à la jeunesse, quel que soit le canal qu'il utilise, il pourrait parler à d'autres personnes comme aux responsables d'un syndicat étudiant", a-t-elle assuré. "Ma fille, en 1ère année de médecine, n'a jamais mis un pied à la fac! C'est ça la vraie vie c'est pas la vie des influenceurs. Ils ne connaissent rien de la vie des étudiants!".

"Si tu veux t'adresser aux étudiants, tu parles à des étudiants, qui connaissent la galère dans laquelle ils sont. Parce que tous les soirs, il y a la queue devant les restos du coeur et ils ont la pire ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal", a lancé Marie-Anne Soubré passablement énervée.

Pour Etienne Liébig, c'est un "sinistre cynisme politique". "On rattrape comme on peut après avoir délaissé les jeunes et parlé d'islamo-gauchisme. On est dans le pansement permanent un peu démago, au coup par coup. On sent que ça manque de souffle", déplore-t-il. "Le nombre de médias s'étant surmultiplié, les hommes politiques ne font que ça, faire le tour des rédactions", ajoute-t-il.

>> A LIRE AUSSI - Emmanuel Macron demande de "tenir 4 à 6 semaines" avant d'éventuels assouplissements

G.D.