RMC

Rapport inquiétant sur la formation des dentistes en Europe: "Il y a un danger majeur de santé publique"

Un rapport de l'Association des étudiants en chirurgie dentaire d’Europe révèle que 10% des dentistes européens sont diplômés sans avoir pratiqué de soins sur un patient. Un chiffre qui inquiète le syndicat Union Dentaire, car ces dentistes peuvent potentiellement exercer en France.

Un dentiste sur dix formé dans un pays de l'Union européenne a obtenu son diplôme sans avoir jamais pratiqué de soins sur un patient. C'est le résultat d'une étude de l'Association des étudiants en chirurgie dentaire d'Europe, menée par Marco Mazevet, docteur en chirurgie.

"Ce sont des gens qui se sont juste entraînés sur des simulateurs ou ont observé des actes en clinique. Vous pouvez avoir un dentiste qui s'installe en face de chez vous, qui a son diplôme, sa plaque de chirurgien-dentiste, qui vous accueille et qui n'a pourtant jamais exercé sur un patient", indique-t-il sur RMC. 

Des conclusions qui alertent le syndicat Union Dentaire car ces diplômés peuvent exercer en France. "Il y a une directive européenne qui fait qu'un chirurgien dentiste qui est diplômé de n'importe quel pays de l'Union européenne peut exercer dans n'importe quel pays de l'Union européenne à une réserve près qui est de maîtriser la langue du pays dans lequel il veut exerce", explique Jacques Le Voyer, vice-président du syndicat sur RMC.

"Des armées de praticiens" formés dans certains pays

D'ailleurs en 2014, près de 35% des nouveaux inscrits au tableau de l'Ordre des chirurgiens-dentistes, et donc autorisés à pratiquer en France, étaient diplômés hors de France et majoritairement de pays de l'Union européenne. Parmi eux figuraient potentiellement des dentistes n'ayant jamais travaillé dans la bouche d'un vrai patient. 

"C'est un danger majeur de santé publique? Qui irait se faire soigner par un chirurgien qui n'a jamais appris dans un hôpital?", s'interroge Jacques Le Voyer.

Si selon lui certaines formations en Europe "sont de très haut niveau", d'autres ne sont pas à la hauteur. "Un certain nombre de pays en Europe forment des armées de praticiens qui n'ont rien à voir en termes de nombre par rapport aux besoins de leurs populations", regrette Jacques Le Voyer, vice-président du syndicat. Il tient par ailleurs à rassurer sur la formation en France.

"On fait d'abord de la théorie les trois premières années et ensuite il y a 3 ans pendant lesquels le praticien est en position d'observateur à l'hôpital et ensuite au fur et à mesure il prend la main et lui-même il soigne, d'abord sous la responsabilité d'un professeur et ensuite pendant la dernière année il y a un stage actif d'un minimum de 250 heures", précise le chirurgien-dentiste. 

Avec le syndicat Union Dentaire, il demande à ce que "l'Etat saisisse très rapidement la commission européenne" pour faire corriger la directive européenne pour y ajouter la mention d'une "formation clinique sur patient" obligatoire pour pouvoir s'installer dans un autre pays de l'UE. 

C. B