RMC

Une "assurance scolaire" contre le cyberharcèlement testée sur 1400 élèves

Le coût de l'assurance, 18 euros par an et par enfant, est intégralement pris en charge par l'établissement.

La question du cyberharcèlement est au centre d'une réunion ce lundi entre Jean-Michel Blanquer et les responsables des réseaux sociaux.

Au cœur de leurs discussions, la prévention et la répression des attaques sur Twitter, Instagram et TikTok, et notamment le cyberharcèlement scolaire, qui envahit les téléphones portables de nos enfants dans les cours de récréations.

>> A LIRE AUSSI - Ce collège lutte contre le cyberharcèlement avec "des élèves lanceurs d'alertes"

Au centre scolaire Notre-Dame, les collégiens et les lycéens sont désormais assurés contre le cyberharcèlement. Christophe Audard est le directeur général.

“La quasi-totalité des problèmes qu’on rencontre au sein de nos établissements proviennent des réseaux sociaux. Donc si on peut avoir un outil qui nous permet de réguler et surtout de gérer les conséquences, on est preneur”, explique-t-il.

1400 élèves concernés par ce test

Pris en charge des frais d'avocats, de psychologues, nettoyage des réseaux sociaux... Camille, qui a subi ce type de harcèlement au collège et Léa, se sentent rassurées. “Je pense que ça aurait été plus rapide. J’en aurai parlé plus facilement et donc ça se serait arrêté plus rapidement”, indique la première.

"On ne peut pas contrôler ce que les autres vont faire avec ce qu’on met sur les réseaux sociaux, ce qu’on va dire. Donc ça peut peut-être aider”, juge l’autre.

1400 élèves sont concernés cette année par ce test, qui met en évidence des manques dans ce domaine selon le directeur de cette école privée. “Pouvoir être en mesure de proposer un soutien psychologique immédiat, on n’est pas en mesure de le faire. Tous les établissements de France ne sont pas dotés malheureusement de ce dispositif-là”, appuie-t-il.

Le coût de l'assurance, 18 euros par an et par enfant, est intégralement pris en charge par l'établissement.

Gwenaël Windrestin avec Guillaume Descours