RMC

Effondrement d'immeubles à Marseille: "La mairie ne peut pas dire que c'est à cause du mistral ou des grosses pluies"

-

- - RMC

Le corps d'un homme a été retrouvé sous les décombres après l'effondrement de trois immeubles en plein centre-ville de Marseille. Les riverains, comme Guylaine, se plaignent d'avoir déjà prévenus les autorités bien avant le drame.

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner se disait "peu optimiste" quant à la découverte de survivants dans les décombres: mardi matin, le procureur de Marseille a annoncé la découverte d'un homme sans vie sous les décombres, après l’effondrement lundi de trois immeubles du quartier de Noailles. L’un des trois bâtiments était muré et rendu inaccessible, mais un autre était toujours habité. 

Mardi matin, les pompiers et policiers sur place poursuivaient le déblaiement, alors que "5 à 8 victimes" pourraient être ensevelies sous les gravats des deux bâtiments, déblayés "minutieusement", "à la pelle" selon le ministre de l'Intérieur également sur place. 

Une enquête a été ouverte et confiée à la PJ de Marseille pour définir les causes de l’effondrement. Ce drame nourri les polémiques sur l’état de vétusté de certains immeubles dans plusieurs quartiers de la ville. En effet, plusieurs résidents expliquent qu’ils ne sont pas surpris par ce qu’il s’est passé. 

Guylaine Idoux, riveraine, avait écrit à la mairie pour mettre en garde contre un immeuble. "A cet endroit, il y avait des grosses pierres qui s’étaient décrochées", explique-t-elle, ajoutant ne pas avoir eu de nouvelles de la mairie de la ville.

Les pluies responsables?

Si elle se dit en colère, elle est également sous le choc après ce qu'il vient de se passer. "Les machines ont tourné toute la nuit et les pompiers ont tout fouillé, en vain", explique-t-elle. 

Lundi, le maire de Marseille a assuré que des mesures avaient été prises contre cet immeuble. La ville a de son côté pointé du doigt les fortes pluies qui pourraient être responsable de l’effondrement. 

Une explication qui ne convainc pas Guylaine. "Si les propriétaires ne sont pas capables d’entretenir des immeubles et qu’on ne peut pas être en sécurité dans les rues de Marseille, il faut qu’on le sache", insiste-t-elle. "On n'est pas dans une ville sous-développée donc les immeubles ne doivent pas s'effondrer“, ajoute la riveraine. 

Selon un rapport remis en 2015, le logement indigne menace la santé ou la sécurité de 100.000 habitants de Marseille. 

Remi Ink et Margaïd Quioc (Avec G.D)