RMC

Électricité: des risques de coupures "ciblées" au mois de janvier

La situation devrait être stable en novembre et en décembre, mais au mois de janvier, des coupures d'électricité ciblées pourront avoir lieu si le réseau est tendu. EDF ne devrait fournir que 40 gigawatts au lieu de 50 l’an dernier. C’est historiquement faible.

Des coupures d'électricité auront-elles finalement lieu cet hiver? C'est probable, mais pas à la période attendue. Aux mois de novembre et décembre, la situation devrait être stable. C'est janvier qui inquiète le gestionnaire du réseau de transport d'électricité français, RTE.

Cette inquiétude vient du fait qu'EDF devrait fournir seulement 40 gigawatts, au lieu de 50 l'année dernière. Le redémarrage des réacteurs nucléaires EDF est plus lent que prévu. Concrètement, si la tension est trop forte, plusieurs scénarios sont envisagés.

Au pire, des coupures de deux heures

Les industries les plus énergivores pourraient d’abord être mises à l’arrêt et rémunérées pour leur effacement. Les particuliers, eux, seront informés via le dispositif Ecowatt, déclenché en alerte rouge. Ils recevront un message disant "système électrique très tendu. Coupures inévitables si nous ne baissons pas notre consommation". 

Si cela ne suffit pas, RTE prévoit de réduire légèrement la tension sur le réseau. Dans ce cas, les appareils électriques auront une performance légèrement dégradée et les ampoules éclaireront un peu moins bien.

Enfin, si vraiment la situation ne s'améliore pas, des coupures tournantes dans certaines zones de France pourront avoir lieu, pendant deux heures maximum.

La consommation en baisse de 6 à 8 %

Il y a quand même de bonnes nouvelles, notamment du côté de la météo. Il y a 20 % de risque que l'hiver soit plus rigoureux que la normale. Cependant, il y a aussi 30 % de chances qu'il soit plus clément.

Autre point positif: les Français n’ont pas attendu le plan de sobriété du gouvernement début octobre pour faire des économies. Depuis le mois d'août, la consommation d’électricité est en baisse de 6 à 8%.

Enfin, les réserves d'eau des barrages sont désormais reconstituées et les stocks de gaz sont quasiment pleins.  

AB avec Emmanuel Lechypre