RMC

Entendu pour avoir tenté d'enlever son épouse, il s'échappe de la gendarmerie

RMC
L'homme de 60 ans est toujours en fuite, en Haute-Corse.

Un homme de 60 ans, soupçonné d'avoir tenté d'enlever son épouse, s'est échappé mercredi soir de la gendarmerie de Ghisonaccia, en Haute-Corse, où il était en garde à vue et était toujours en fuite jeudi.

L'homme avait été condamné en comparution immédiate le 10 août dernier à dix mois d'emprisonnement avec sursis et deux ans d'interdiction d'approcher sa femme par le tribunal judiciaire de Bastia pour des faits de harcèlement. Il avait fait appel le 12 août de cette décision, a précisé le procureur de la République de Bastia Arnaud Viornery.

Quelques jours plus tard à peine, le 16 août, il avait tenté d'enlever son épouse, qui voulait divorcer, une tentative "qui a été un échec en raison de l'intervention d'un voisin", a ajouté le magistrat. "Il avait alors pris la fuite et avait été recherché et interpellé à Ajaccio mardi", après plus de deux semaines de recherches, a précisé le procureur.

Placé en garde à vue à la brigade de gendarmerie de Ghisonaccia, où il réside, "il a profité d'un moment d'inattention de l'enquêteur pour s'enfuir", a indiqué le magistrat qui a assuré qu'il y avait "une vigilance particulière des forces de l'ordre pour éviter que la compagne fasse l'objet de violences ou de menaces de la part de son conjoint".

"Les recherches actives menées depuis hier soir n'ont malheureusement pas permis aux forces de l'ordre de le localiser", a encore déclaré le procureur. "Nous sommes affligées par la défaillance flagrante des services de gendarmerie. La vie de ma mère est en danger", a dénoncé jeudi la fille de la compagne du fugitif auprès de Corse-Matin.

Dans un témoignage publié dimanche dans le quotidien corse, elle décrivait sa mère comme "terrorisée depuis des années" par son mari violent qualifié de "pervers narcissique, dangereux, atteint psychologiquement et susceptible d'être armé".

La rédaction de RMC (avec AFP)