RMC

Equipe de France: défiler sur les Champs-Elysées serait "déplacé" selon Philippe Tournon

Après leur cruelle défaite en finale de la Coupe du monde, les joueurs de l'équipe de France rentrent ce lundi. Selon Philippe Tournon, ancien chef de presse des Bleus, défiler sur les Champs-Elysées serait "déplacé".

Retour à la maison... sans la Coupe. Quatre ans et demi après leur sacre à Moscou, les Bleus vont décoller de Doha ce lundi sans le titre mondial. Après une cruelle défaite en finale face à l'Argentine, après un match de légende (3-3, 2-4 aux tirs au but), l'équipe de France n'est plus championne du monde en titre. Mais elle a fait vibrer et rendu fiers ses supporters, avec notamment le triplé exceptionnel de Kylian Mbappé dans cette finale incroyable. Quel accueil les Bleus recevront-ils en France? Faut-il quand même organiser un défilé à Paris, sur les Champs-Elysées?

Pour Philippe Tournon, ancien chef de presse de l'équipe de France, ce serait une mauvaise idée. "Les Champs-Elysées, ce n’est pas à moi d’en décider. Je pense que ce serait un peu déplacé. Les Verts de Saint-Etienne l’ont fait en 1976 après la finale perdue à Glasgow, ça a été diversement apprécié… Je ne pense pas que ce soit au programme", explique-t-il ce lundi dans "Apolline Matin" sur RMC et RMC Story.

Di Meco: "On n’est plus les champions du monde des matchs amicaux, on est un grand pays"

Défiler sur les Champs-Elysées, c'est clairement "non" pour Eric Di Meco, également. "On est un grand pays de foot, souligne l’ancien international dans ‘Apolline Matin’ ce lundi sur RMC et RMC Story. En 24 ans, on a fait quatre finales de Coupe du monde. On n’est plus les champions du monde des matchs amicaux, on est un grand pays. Les Allemands, vous croyez qu’ils défilent quand ils perdent une finale? Vous avez vu ça où! Ça n’existe pas, ça."

Un rassemblement à la Concorde, finalement

Alors qu'Amélie Oudéa-Castéra, la ministre des Sports, avait annoncé ce lundi matin un possible rassemblement des Bleus sur la place de la Concorde ce lundi soir, Noël Le Graët a démenti sur BFMTV. Mais en milieu de journée, les Bleus ont fait savoir qu'ils iraient bien, finalement, à la rencontre de leurs supporters à Paris. Ils doivent atterrir vers 19h30 à l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle, puis se rendre place de la Concorde vers 20h30.

Le plus dur pour les Bleus désormais, ça va être de digérer cette énorme déception. "C’est un vestiaire détruit, comme à l’Euro 2016, estime Philippe Tournon. Des joueurs qui pleurent, des rêves qui sont brisés… Ce sont des gagneurs, des compétiteurs. Ils étaient là pour garder leur Coupe du monde. Ils sont détruits. (…) Ça restera une grande finale de Coupe du monde. Ça rejoint le scénario de France-Allemagne en 1982 à Séville. C’est la dure loi du sport. Pour un vainqueur, il faut un vaincu."

Kylian Mbappé, notamment, était très marqué après la finale. "Il avait toute la détresse du monde sur ses épaules. C’est le compétiteur des compétiteurs, souligne Philippe Tournon. Il n’admettait pas ce qu’il s’est passé, il ne peut pas l’admettre. C’est un gamin qui disait à 14 ans : ‘Papa, je vais gagner la Coupe du monde, je vais gagner le Ballon d’or’. La Coupe du monde, il l’a déjà gagnée et le Ballon d’or, ça ne va peut-être pas tarder. C’est un rêve qui se brise sur les tirs au but." Prochaine chance d’ajouter une troisième étoile sur le maillot des Bleus, en 2026. Ce sera au Canada, aux Etats-Unis et au Mexique.

LP