RMC

Faut-il rénover le patrimoine à tout prix? Ça fait débat sur RMC

L'engouement des Français pour notre patrimoine ne se dément pas. Pour l'entretenir, Stéphane Bern a été missionné par le Président pour aider à financer la rénovation de certains sites.

Le super loto du patrimoine commence dans un mois. C'est Stéphane Bern qui a été missionné par le gouvernement pour aider à la rénovation de certains sites. Mais rénover tous ces sites va coûter beaucoup d'argent.

Surtout que deux mois après son lancement, la souscription nationale peine un peu à démarrer. 1,3 million d'euros ont été récupérés sur la plateforme en ligne. Une somme dérisoire face à l'étendue des travaux à accomplir: l'objectif, c'est d'atteindre 20 millions d'euros au total.

Alors il faut continuer à convaincre, faire vivre la collecte pour que tous les sites puissent en bénéficier. Alexandre Gady en est convaincu, il est historien de l'Art et président de l'Association Sites et Monuments:

"Le patrimoine français a besoin d'argent et a surtout besoin d'un intérêt continu et suivi, il s'agit de parer évidemment à l'urgence parce qu'une chose qu'on laissera tomber en ruines ne sera pas rattrapée, elle sera détruite et abandonnée complètement. Le patrimoine, c'est la richesse des pauvres. N'utiliser l'argent que pour les monuments connus, que pour ce qui est touristique, ce serait une défaite intellectuelle extrêmement grave".

269 lieux à rénover d'urgence

Justement, parmi ces 269 lieux à rénover d'urgence, la liste est très variée: des églises, beaucoup de châteaux, des ponts, des théâtres, des lavoirs. Le problème, c'est que certains projets récoltent bien plus d'argent que d'autres.

Par exemple, 98.000 euros récupérés pour la tour de l'ancien hôpital de Besançon alors que le château de Meauce, 15 petits euros seulement. Investir dans le patrimoine français, Benoit Boiteau n'est pas contre, il a même racheté une ancienne chapelle pour en faire un hôtel à Nantes, mais selon lui, tous les sites ne se valent pas: "Je pense que dans la mesure du possible si on peut le conserver, c'est bien. Après il y a différentes manières de le conserver. Je pense qu'il y a des églises qui ne représentent pas un intérêt patrimonial évident. Celles-ci seront remplacées, après il faut faire attention à ne pas restaurer pour restaurer et faire des choses qui ne sont pas dans les règles de l'art".

Précisons aussi que les grandes entreprises ont été mises à contribution. Mais là encore, on est loin du compte avec seulement 57.000 euros.

Alice Froussard (avec P.B.)