RMC

Festivals de l'été, férias... Vers une annulation en 2024 à cause des Jeux olympiques?

Festivals, braderie, férias... Le programme des grands événements de l'été pourrait bien être chamboulé en 2024 avec l'organisation des Jeux olympiques de Paris. En effet, 30.000 policiers et gendarmes seront mobilisés pour assurer la sécurité de l'événement chaque jour.

2024 sera-t-elle une année sans festivals? En cette année olympique, le ministre de l’Intérieur semble avoir tranché en faveur de “report ou d’annulation des grands événements mobilisant de nombreuses forces de police et de gendarmes”. En effet, 30.000 policiers et gendarmes seront nécessaires chaque jour pour assurer le bon déroulement des Jeux olympiques et des Jeux paralympiques de Paris 2024.

Pourrait donc peut-être passer à la trappe ou être repoussés: les Eurockéennes, la Braderie de Lille, ou encore le Tour de France.

Une décision qui indigne les professionnels du spectacle, comme Olivier Darbois qui s’estime sacrifié, trahi. Président du Prodiss, le premier syndicat des entreprises privées de spectacle, il est très inquiet.

“Les ‘gilets-jaunes’, la pandémie, et maintenant il faudrait accepter une nouvelle période d’interdiction de nos activités. Est-ce que des gens se sont souciés de notre secteur?”, se demande-t-il.

Car la saison estivale est la plus importante. 50 à 60% du chiffre d'affaires des professionnels du spectacle seraient menacés. Le directeur du festival Les Vieilles Charrues, Jérôme Tréhorel, dénonce un manque d’anticipation. “On ne peut pas reporter nos événements en un claquement de doigts. Les festivals s’inscrivent dans un agenda culturel européen. On a déjà des offres artistiques qui sont pour l’année 2024”, pointe-t-elle.

La nécessité de prioriser selon les forces de l'ordre

A ces incompréhensions, Grégory Joron, secrétaire général d’Unité SGP Police-FO, oppose le sous-effectif des forces de l’ordre.

"Aujourd'hui s’ils nous disaient ne vous inquiétez pas vous allez pouvoir et encadrer les jeux olympiques et assurer des festivals et des grands événements en même temps, je pense que ça serait mentir. On n’a pas la ressource nécessaire pour tout encadrer”juge-t-il.

Pour maintenir la sécurité sur tout le territoire, insiste-t-il, il faut prioriser, quitte à léser certains secteurs.

Outre les festivals les grands évènements tels que les fêtes de Bayonne et les autres férias du Sud-Ouest pourraient également passer à la trappe.

Marion Gauthier avec Guillaume Descours