RMC

"Gilets jaunes": "Aujourd'hui c'est ma boite qui va couler!", le désespoir de David, auditeur de RMC

En  direct sur RMC, ce poissonnier de la Sarthe n'a pas retenu ses larmes: la crise des "gilets jaunes" lui fait perdre tous les jours de l'argent à cause des blocages.

Un témoignage rare. Et particulièrement touchant. A la veille d'un "Acte 6" des "gilets jaunes", qui prévoient de nombreux rassemblements en province et non plus à Paris comme les samedis précédents, Jean-Jacques Bourdin a pris à l'antenne, ce vendredi, David. 

Cet auditeur de RMC est un poissonnier de la région du Mans, dans la Sarthe. Alors que les fêtes approchent et que sa saison devrait battre son plein, pourtant, David est en larmes: 

"Je me suis levé à 3h du matin pour aller chercher ma palette aux entrepôts. Mais je n'ai pas pu la récupérer parce que les camions sont bloqués. J'ai une palette de 924 euros bloquée. Je ne peux pas travailler. Ca m'est déjà arrivé, il y a 15 jours: j'ai déjà perdu 700 euros de palettes. Aujourd'hui, c'est ma boîte qui va couler. J'en ai marre" souffle-t-il dans un sanglot.

"Je veux simplement travailler! Et je ne peux pas"

"A quoi ça sert de bloquer?" s'interroge alors Jean-Jacques Bourdin, d'abord sans voix, face à la détresse de l'artisan qui confie se lever à 3h chaque matin et se coucher à 22h.

"A quoi ça sert de bloquer un entrepôt alors qu'il y a des dizaines et des dizaines de commerçants, d'employés, d'artisans qui ont besoin de cette marchandise, de travailler, de vivre! On se réjouit d'être là, de bloquer, d'être ensemble? Mais on est content de transférer la souffrance sur les autres?" tente alors de comprendre Jean-Jacques Bourdin.

"Les 'gilets jaunes' ont même mis le feu à l'entrepôt du Mans ce matin. Durant la nuit, ils ont allumé des feu, enflammés des poubelles... C'est un truc de fou. Mais c'est nous qu'ils font souffrir! Je veux simplement travailler! Et je ne peux pas. Mais qu'est-ce qu'ils cherchent?" s'interroge David. 

Jean-Jacques Bourdin et X.A