RMC

Grâce à la mobilisation d'un village, une famille éthiopienne peut, pour le moment, rester en France

Une belle solidarité. En décembre, RMC avait rencontré, en Charente-Maritime, une famille éthiopienne dont la demande d'asile avait été refusée. Le village s'est beaucoup mobilisé pour qu'elle puisse rester. Le père a obtenu un titre de séjour, qu'il conservera à plusieurs conditions...

C'est peut-être bientôt le bout du tunnel pour la famille Getu. Installée depuis trois ans à Sant-Génis-de-Saintonge (Charente-Maritime), elle se bat pour pouvoir rester ici.

En décembre dernier, les équipes de "RMC s'engage pour vous" avaient recontré les deux enfants, Temsgen, 11 ans et Yabsera, 8 ans. La demande d'asile de la famille avait été refusée et les trois membres de la famille pouvaient donc être expulsés à tout moment vers leur pays d'origine, l'Éthiopie.

"J'aimerais rester ici en France parce qu'en Éthiopie, il y a la guerre et je risque de mourir là-bas. Ici j'ai plein d'amis, je me sens bien. Ils m'ont dit 'j'espère que tu vas rester' et des mots gentils avec", expliquait Temsgen.

Un comité de soutien s'était créé dans le village, de quoi réchauffer le coeur des enfants. "C'est mieux de rester ici parce qu'on connaît bien la petite ville. Il y a beaucoup de gens qui nous aiment", soulignait Yabsera.

Un logement et un CDI avant novembre

Après notre reportage et grâce à des manifestations et pétitions, la Cour administrative de Bordeaux a annulé l'obligation de quitter le territoire français (OQTF). Le père a pu déposer son dossier à la préfecture et a obtenu un titre de séjour provisoire, à quelques conditions.

Il a jusqu'au mois de novembre pour trouver un CDI et un logement. À ce moment, le préfet réexaminera le dossier et décidera, ou pas, de prolonger son titre de séjour.

À trois mois de l'échéance, le papa est en période d'essai dans une champignonnière et si tout se passe bien, il pourrait signer un CDI d'ici le mois de septembre.

"On va aller jusqu'au bout"

"Ce que monsieur Getu m'a dit mot pour mot c'est 'je n'ai plus mal à la tête, j'arrive à dormir' et ça fait du bien, ça fait chaud au coeur. Il remercie énormément tous les gens qui ont été acteurs de ces actions, même s'il y a toujours cette épée de Damoclès qui est toujours présente", affirme Aurélie, du comité de soutien.

"Tant que rien n'est signé officiellement, on reste très très prudent, nous on va remplir notre partie en tous cas, on espère que le préfet en tiendra compte. On est un comité de soutien, on va aller jusqu'au bout", a-t-elle ajouté. La famille avait aussi reçu le soutien le soutien d'élus locaux et d'un député de la majorité.

Temsgen, Yabsera et leur papa chercheront un logement près de Saint-Génis-de-Saintonge une fois le CDI signé, car c'est ici que les enfants sont scolarisés. La famille et le comité de soutien font appel aux téléspectateurs pour trouver ce fameux logement, pour contacter la rédaction: rmcpourvous@rmc.fr

Joanna Chabas (édité par Astrid Bergere)