RMC

Harcèlement à l'école: Marlène Schiappa dévoile le "comité des parents" sur RMC

La ministre chargée de la Citoyenneté était l'invitée de RMC ce mardi et dévoile les contours d'un nouveau dispositif.

Un comité des parents contre le harcèlement scolaire va être mis en place comme l'annonce Marlène Schiappa. La ministre déléguée auprès du ministre de l'Intérieur chargée de la Citoyenneté était l'invitée de RMC ce mardi matin pour détailler ce dispositif.

Ce "comité des parents contre le harcèlement" sera constitué d'associations et de personnalités. Il sera chargé de “créer des grilles d’évaluation du danger” avec des experts, comme des pédopsychiatres.

Le but: donner aux parents des “outils pédagogiques” et “psychologiques” pour “détecter les phénomènes de harcèlement” chez leurs enfants. La ministre estime que "face à la question du harcèlement", les parents "n'ont pas encore été assez partie prenante".

"Nous devons tout faire pour mieux protéger la jeunesse face au fléau du harcèlement et des violences"

Marlène Schiappa veut avec ce comité éviter un nouveau drame comme celui d'Alisha. Cette jeune fille de 14 ans tuée par deux camarades d'école le 8 mars dernier.

"Je veux dire en tant que ministre que je veux que la sanction soit exemplaire vis à vis du ou des assassins de cette jeune fille de 14 ans. Nous devons tout faire pour mieux protéger la jeunesse face au fléau du harcèlement et des violences.", a-t-elle expliqué sur RMC ce mardi.

Concrètement, Marlène Schiappa explique que ce comité va réunir des associations et personnalités qualifiées et a vocation à "outiller les parents".

"J'ai présidé pendant dix ans une association de mères de famille. J'observe que les parents sont parfois dépassés et voudraient bien faire, mais méconnaissent les phénomènes de harcèlement. On espère toujours que son enfant n'est pas harcelé, mais on ne se pose jamais, ou rarement, la question de savoir si notre enfant participe à des phénomènes de harcèlement."

"L'école instruit, et les parents éduquent"

Elle alerte également sur les dangers des réseaux sociaux, qui peuvent être un catalyseur de problèmes, et prend l'exemple glaçant d'un policier qui pour alerter des dangers des réseaux, a fait la démonstration des messages que reçoit une fille de douze ans dont il avait créé le profil en ligne. 

"La fille est sans cesse sollicitée, y compris par des adultes et jeunes qui demandent des photos dénudées. Je dis aux parents: intéressez-vous à ce qui se passe dans les écrans de vos enfants. On attend beaucoup de l'Education nationale, qui est très mobilisée, mais les parents ont aussi un rôle. L'école instruit, et les parents éduquent. Donc il faut les outiller", conclut-elle annonçant la création notamment d'une grille d'évaluation du harcèlement, un guide que les parents pourront utiliser pour interroger leurs enfants.

J.A.