RMC

Hausse des plaintes pour violences sexuelles en 2018: "Les femmes osent aller déposer plainte"

Le bilan statistique du ministère de l'Intérieur pour l'insécurité et la délinquance en 2018 montre une "forte hausse" des violences sexuelles dans le sillage du mouvement #Metoo.

Plus d'un an après les mouvements #MeToo et #BalanceTonPorc, les plaintes pour viols ont augmenté de 17%. Celles pour agressions sexuelles ont bondi d'environ 20%, a rapporté le service statistique ministériel de la sécurité intérieure (SSMSI) dans son bilan annuel hier soir.

Selon le rapport, cette hausse est due "à la fois d'une plus grande révélation des faits et d'un abaissement du seuil de tolérance à ce type de violences".

Ce bilan annuel met également en avant le "contexte de libération de la parole et de prise de conscience collective des violences faites aux femmes né de l'affaire Weinstein qui a éclaté en octobre 2017 et du mouvement #MeToo qui s'en est suivi".

"Un tabou s'est rompu"

Françoise Brié, la directrice de la fédération nationale Solidarité Femmes se félicite de cette hausse qui reflète une vraie libération de la parole. Elle souhaite maintenant que ces plaintes soient suivies de condamnations:

"Depuis l'affaire Weinstein, il y a un tabou qui s'est rompu. Les femmes osent parler, elles osent aller déposer plainte. Je pense qu'il y a une honte qui est tombée du côté des victimes et il n'y a plus de barrières sur ces dépôts de plainte. Il faut qu'il y ait une condamnation de ces agresseurs. Il va falloir avancer vers une meilleure condamnation et une meilleure réponse judiciaire face à ces violences sexuelles".
Paulina Benavente avec Charlotte Peyronnet