RMC

Il est au coeur de l'affaire PSG-OM: qui est Alvaro Gonzalez, accusé d'insultes racistes par Neymar?

LE PORTRAIT DE POINCA - Il est accusé par le Brésilien Neymar de racisme lors du dernier PSG-OM. Mais lui nie formellement. Focus sur un joueur provoquant.

C’était il y déjà presque deux semaines, pourtant le classico PSG-OM, et son scénario reste dans toutes les têtes. Un match qui a notamment été marqué par des claques, des coups-de-poing, des injures, des cartons rouges distribués et la justice du football va maintenant devoir décortiquer tout cela. 

Ce mercredi, la commission de discipline de la ligue de football professionnel va examiner le cas d’Angel Di Maria, attaquant parisien qui aurait craché sur le défenseur marseillais Alvaro Gonzalez. En termes de droit du foot, cela s’appelle une “expectoration volontaire”, un crachat avec le facteur aggravant d’avoir atteint le visage. La peine encourue est de six matchs de suspension. 

Mais ensuite ce sera à la victime de ce crachat d'être accusé à son tour. Neymar affirme qu’Alvaro Gonzalez l'a traité de “singe de merde”. Des spécialistes de la lecture sur les lèvres au Brésil ont analysé les images et confirmé que le mot singe a bien été prononcé. “Mono” en espagnol. L'oncle du joueur espagnol conteste et affirme que son neveu a dit “Bobo ”, soit “Imbécile”. Quant à l’agent du joueur, il pense qu’il a dit “mongolo”, mongole. Tout cela peut paraître ridicule, mais au bout du compte y aura des sanctions. Traité un adversaire de singe, c’est du racisme, c’est 10 matchs de suspensions. Le traiter de mongole, apparemment c’est moins grave. 

Un passif en Liga

L’OM contre-attaque en affirmant que Neymar a traité auparavant Alvaro de “Puto Moricon”, “putain de pédé”. Ca c’est interdit, c’est de l’homophobie, ça pourrait entraîner plusieurs matchs de suspension pour Neymar. Puis l’OM a retrouvé une vidéo ou l’on verrait Neymar traiter Sakai, le Japonais de l’OM de “Chinois de merde”. Et ça, c’est du racisme, 10 matchs de suspensions possibles. Mais Neymar dément formellement. 

Alvaro Gonzalez, le défenseur espagnol, est en tout cas au centre de toute cette histoire. C’est un joueur de 30 ans, rugueux, connu pour provoquer ses adversaires. Il aime les villes passionnées de football, et donc il adore Marseille. Il y a quatre ans, pendant un match, il avait traité Lionel Messi de nain. Messi lui avait répondu qu’il était mauvais. Et l'affaire en était restée là parce qu'Alvaro avait finalement déclaré. “On a raison tous les deux. Il est petit, et je suis mauvais par rapport à lui…” 

Un trait d’humour avait effacé l’affaire. Cette fois, ca va aller beaucoup plus loin. 

Nicolas Poincaré