RMC

Kim Kardashian agressée: "Elle a une audience mondiale, ça va nuire à l'image de Paris"

La star de téléréalité a quitté Paris lundi après avoir été agressée dans son hôtel particulier parisien. Pour Frédéric Valletoux, président du Comité régional du tourisme d'Ile-de-France, ce fait divers et le vol de son butin de 9 millions d'euros pourraient faire fuir davantage les touristes, déjà moins nombreux dans la capitale depuis les attentats.

Frédéric Valletoux, président du Comité régional du tourisme (CRT) d'Ile-de-France:

"C'est un élément qui va accentuer cette image de Paris qui est déjà un peu dégradée en matière de sécurité. Bien sûr les attentats ont été un coup dur pour le tourisme mais au-delà de ça, depuis quelques temps Paris est une ville dont on sait que les touristes pensent qu'elle n'est pas tout à fait sûre. C'est un fait divers, sauf que c'est un fait divers qui est relayé dans le monde et qui va donner la couleur pour Paris. Les gens ne font pas la différence entre sécurité dans l'espace public ou pas. C'est une image globale que les gens vont se faire. Comme lorsqu'il y a eu cette affaire des Chinois qui ont été dévalisés à la sortie de leur hôtel. C'était aussi un fait divers, mais qui a été abondamment relayé en Chine. 

"Une réputation ça tient à ce que les gens voient de vous"

Kim Kardashian a une audience mondiale. Cela peut avoir des conséquences sur le public américain, mais aussi dans tous les pays où elle a une audience, notamment certains pays asiatiques où les habitants suivent beaucoup les stars américaines comme en Corée ou au Japon. Cela va nuire à l'image de Paris. Une réputation ça tient à ce que les gens disent de vous et ce que les gens voient de vous. 

Il y a quelques semaines, la ville de Paris a lancé un film pour promouvoir la destination Paris, l'image de Paris. On peut penser que c'est un très bon film de quelques minutes mais l'effet va être contrebalancé par les images sur des chaînes d'information qui vont tourner en boucle dans le monde entier.

"L'impression que Paris ne serait pas si sûre"

Au-delà des attentats, on sait que depuis des années et des années les touristes reprochent à Paris d'être une ville où il y a de la délinquance. Les affrontements pendant les manifestations au printemps, l'occupation de la place de la République, la grève des poubelles, c'est de la contre-publicité. L'image de la voiture de police qui a brûlé à Paris a été vue à travers le monde, ça participe à donner l'impression que Paris ne serait pas une ville si sûre.

Paris reste pour beaucoup la première destination touristique parce qu'elle a des choses fabuleuses à montrer, mais il y a des critiques sur l'accueil et sur la délinquance qui montent. Il faut redonner confiance aux touristes. C'est un long travail de conviction, il ne suffit pas de montrer de belles images de Paris, il faut aussi montrer tout le dispositif de sécurité mis en place, essayer de faire baisser la délinquance et regarder quels sont les publics qui sont les plus touchés par ce recul de visite pour agir avec les tours-opérateurs. 

Malgré tout, le fait que l'Euro de football se soit bien passé, ça c'était un argument pour dire que même dans un contexte d'attentat, il y a un événement qui a rassemblé des centaines de milliers de personnes et qui s'est bien passé. Il faut aussi multiplier ce genre de choses. Mais une réputation ça se bâtit pendant longtemps et ça peut se détériorer très vite."

Propos recueillis par C. B