RMC

L'ex-boxeur, Christophe Dettinger, assigne Leetchi en justice et lui réclame 3 millions d'euros

-

- - RMC

Il estime que le site n'avait pas le droit de fermer la cagnotte en ligne créée pour le soutenir après son arrestation. En deux jours, 140.000 euros avaient déjà été déposés.

L’ex-boxeur Christophe Dettinger remet les gants pour un nouveau combat contre la plateforme de cagnotte en ligne Leetchi. L’ancien boxeur condamné pour avoir frappé des gendarmes lors d’une manifestation des "gilets jaunes" à Paris réclame un peu plus de 3 millions d’euros à Leetchi

Il estime en effet que la cagnotte créée pour le soutenir après son arrestation n’aurait pas dû être fermée au bout de deux jours alors que 140.000 euros avaient déjà été récoltés. Avec son épouse, Karine, ils ont fait délivrer, mardi 18 mars, une assignation devant le tribunal de Paris à la plate-forme Leetchi dans laquelle ils lui réclament 3.120.768 euros de dommages et intérêts.

Ils estiment que cette somme représente ce qu'aurait atteint la cagnotte si elle avait été laissée en ligne au moins 45 jours.

"Cette cagnotte aurait dû rester ouverte pendant 45 jours et elle a été bloquée au bout de 48 heures par Leetchi. Je considère que leur position est totalement scandaleuse. La cagnotte a été fermée au mépris de toutes les règles du droit des contrats et du code civil. C’est inadmissible, c’est illégal", affirme l’avocate du couple, Maître Laurence Leger.

Une action pas recevable?

Alors Leetchi n’avait-il effectivement pas le droit de fermer la cagnotte en ligne ? Selon Anthony Bem avocat et spécialiste du droit sur Internet, l’assignation n’est pas recevable.

"Monsieur Christophe Dettinger n’a aucun lien contractuel avec le site internet Leetchi puisque ce n’est pas lui qui a ouvert cette cagnotte, mais un tiers. Il n’existe entre lui et le site aucun lien qui fait qu’il ne peut reprocher la violation de quelque respect d’obligations au site internet Leetchi. De sorte que sur le plan juridique pur, l’action me semble superficielle", explique l’avocat. 

Jean-Baptiste Bourgeon avec Guillaume Descours