RMC

La fin de l'impression systématique du ticket de caisse repoussée au 1er avril

Un ticket de caisse dans un café parisien (illustration)

Un ticket de caisse dans un café parisien (illustration) - Eric Feferberg

La fin de l'impression systématique des tickets de caisse a été repoussée au 1er avril alors qu'ils connaissent un regain de popularité en période d'inflation.

Un petit répit. La fin de l'impression systématique des tickets de caisse, prévue en France à partir du 1er janvier 2023, entrera finalement en vigueur le 1er avril, selon un décret d'application publié jeudi au Journal officiel.

"Le gouvernement a décidé de décaler la date d'entrée en vigueur au 1er avril prochain" de la fin de l'impression systématique du ticket de caisse, une mesure issue de la loi "anti-gaspillage", a déclaré à l'AFP le cabinet d'Olivia Grégoire, ministre déléguée notamment aux petites et moyennes entreprises (PME) et au commerce.

"Le contexte explique cette décision", a ajouté cette source, évoquant "des remontées des distributeurs comme des associations de consommateurs indiquant que le ticket de caisse reste pour de très nombreux Français un élément important de vérification des prix des produits achetés, face à l'inflation".

Autre élément important pour les commerçants, ils "ne connaissaient pas les dispositions précises des modalités de remise du ticket" faute de publication du décret d'application de la mesure, intervenue ce jeudi, a souligné le cabinet d'Olivia Grégoire. Attendre avril permet d'assurer "un temps suffisamment long pour qu'ils puissent s'adapter", a-t-on précisé.

Regain de popularité pour les tickets de caisse avec l'inflation

La loi "anti-gaspillage et économie circulaire", votée en 2020, prévoyait de mettre un terme à l'impression du ticket de caisse à l'issue d'une transaction commerciale, sauf demande explicite du client. Avec comme objectif de réduire la production de déchets.

Mais depuis cette loi, la forte inflation notamment sur les prix en grandes surfaces a rendu plus fréquente la consultation du ticket de caisse par les consommateurs. Il leur permet de "suivre leurs dépenses du quotidien", comme le rappelaient en avril de nombreuses associations de consommateurs.

L'ADEIC, l'AFOC, l'ALLDC, le CNAFAL, la CNAFC, la CSF, Familles de France, la FNAUT, Familles Rurales, INDECOSA-CGT, l'UFC-Que Choisir et l'Unaf, soit douze des quinze associations membres de l'organisme paritaire consultatif qu'est le Conseil national de la consommation, avaient alors publié un rare communiqué commun pour réclamer que l'impression du ticket de caisse soit "systématiquement proposée" au consommateur.

30 milliards de tickets de caisse imprimés chaque année

"On ne revient pas" sur la fin de l'impression systématique du ticket de caisse, "la mesure reste importante pour accélérer la transition écologique", répond-on au cabinet d'Olivia Grégoire. Selon cette source, ce sont chaque année près de 30 milliards de facturettes qui sont imprimées, la plupart terminant à la poubelle alors que leur petite taille les rend "difficile à collecter et à recycler".

Le fait de décaler l'entrée en vigueur de la mesure permettra de "communiquer sur le fait que le consommateur pourra bien obtenir son ticket de caisse s'il le souhaite" et s'il en fait la demande au commerçant. Ce sera important notamment en cas de doute sur l'addition finale, ou en cas d'échange d'un cadeau par exemple.

G.D. avec AFP