RMC

Le site de vente "Interdit au public" mis en liquidation, les clients dans l'attente

Alors que des dizaines de clients ont passé commande et ont été encaissés sans n'avoir rien reçu, le site de destockage de matériel de bricolage interditaupublic.com a été mis en liquidation.

Interditaupublic.com est un site de vente en ligne, spécialiste du bricolage, qui ne livrait plus ses clients depuis plusieurs semaines. Début janvier, RMC révélait que l'entreprise était en réalité en cessation de paiement depuis le 10 juin 2022 et en redressement judiciaire depuis le 18 octobre dernier. Mais l'entreprise continuait d’encaisser des commandes sans les honorer, ni les rembourser.

Une semaine plus tard, le site de vente en ligne a finalement été placé en liquidation et plus aucun achat n'y est possible. La justice estime que la plateforme n’arrivera pas à rembourser sa dette de trois millions d’euros. Un repreneur a bien été trouvé, mais il n'honora pas les commandes déjà passées.

Un remboursement "dérisoire"

Des centaines de clients restent donc lésés même si un geste est bien prévu pour eux: pas de remboursement mais un bon d'achat, sur un autre site qui n'a absolument rien à voir avec le premier. On y trouve de tout: des chaussettes, des câbles, des voyages, des lunettes, mais aussi des bâches pour pare-brise. De plus, ce bon d'achat représente seulement 30% du montant de la commande initiale…

"30% c'est dérisoire. C'est vraiment du foutage de gueule !" déclare, en colère, Matthieu. C'est lui avait alerté RMC sur cette affaire. Il acheté une échelle à 330 euros qu’il n’a jamais reçu.

"Ça ne me donne pas envie de demander ces 30% et on a l'impression qu'on va utiliser ces 30% pour agrémenter un autre site. C'est presque de la vente forcée."

>>> Retrouvez toutes les enquêtes de RMC s'engage pour vous en podcast sur le site et l'appli RMC

"Des sommes faramineuses" à rembourser

Des personnes dans le même cas que Matthieu, il y en a des centaines, mais il est difficile d'estimer un nombre exact de victimes. Le mandataire judiciaire nous révèle qu’il y a 5000 créanciers. Ce chiffre regroupe tout autant les salariés, les fournisseurs, l’Etat que les clients. Le groupe Facebook "Action de groupe contre interditaupublic" réunit quelques 487 membres de toute la France. Sauf que beaucoup n’ont pas eu le temps de déclarer leur préjudice.

Félix est l'administrateur de ce groupe. Au fil du temps, il a vu des victimes avec des sommes de plus en plus importantes. "Faramineuses", dit-il même: "je vois de plus en plus de gens à 1.000, 4.000, 5.000 euros." Il craint que la plupart des victimes ne revoit jamais leur argent:

"On est les derniers créanciers à être honorés dans cette procédure alors qu'on a été les premiers à renflouer les caisses", explique-t-il.

Pour les clients qui n’auraient pas déclarer leurs créances à temps, il est encore possible de le faire en demandant un délai supplémentaire à la justice. Mais très peu sont prêts à le faire car il faut engager des frais supplémentaires, sans avoir la certitude au final de récupérer son argent.

RMC s’engage pour vous
Pour contacter notre équipe: rmcpourvous@rmc.fr

Joanna Chabas, Amélie Rosique, Margaux Boulte, Elise Denjean avec Maxime Martinez