RMC

Les baisses d'impôts et l'environnement... mais peu de revendications des "gilets jaunes": ce qui ressort du "Grand débat"

Rassemblement de gilets jaunes à Paris, le 30 mars 2019

Rassemblement de gilets jaunes à Paris, le 30 mars 2019 - STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Deux mois après le lancement du grand débat national, c'est l'heure de la synthèse avant des mesures concrètes qui devraient répondre à la crise des "gilets jaunes".

Plus de 10.000 réunions locales, 16.000 cahiers de doléances ouverts dans les mairies, 1.9 million de contributions citoyennes, une synthèse du "grand débat national" a été présentée ce lundi matin par Edouard Philippe.

L'impôt et l'environnement au coeur des préoccupations

La baisse des impôts et l'environnement sont les deux thèmes qui ont le plus intéressés les participants à ce "grand débat national". En revanche, pas question de payer un impôt pour financer la transition écologique: moins de 1% réclament le retour de la taxe carbone alors que 2/3 des contributeurs disent que leur vie quotidienne est déjà touchée par le changement climatique. Les sujets de société comme la PMA pour tous ou la légalisation du cannabis n'ont été que très peu abordés.

"Ce n’est pas une enquête d’opinions ce grand débat national"

Le ministre des collectivités territoriales et coordinateur de ce grand débat, Sébastien Lecornu, explique le fond et la forme de cette synthèse: “C'est une photographie à l’instant T de tout ce que les Français ont dit dans les cahiers citoyens, les réunions locales, avec des indicateurs chiffrés: en clair quel est le nombre d'occurrences sur tel ou tel thème. Ce n’est pas un sondage, ce n’est pas une enquête d’opinions ce grand débat national". 

"J’espère retrouver un peu plus confiance en mon gouvernement"

"Gilet jaune" des Bouches-du-Rhône, Mathieu Blavier attend avec impatience les décisions qui découleront du "grand débat national": "Je souhaite en tant que ‘gilet jaune’ que Edouard Philippe, le gouvernement, nous ait étendus, qu’ils aient pris note de toutes les revendications originelles des “gilets jaunes”, qu’on a pu faire dans les grands débats. Même si elles ne sauront pas appliquées, mais au moins qu’elles aient été prises en compte". 

Justement, les revendications des “gilets jaunes” sont bien présentes dans la synthèse mais le retour de l'ISF, l'impôt sur la fortune, la fin des 80km/h et l'instauration du RIC (Référendum d'Initiative Citoyenne), ne font pas l'unanimité dans les remontées. Malgré cela, Mathieu Blavier espère ne pas être déçu" mais au contraire compte "retrouver un peu plus confiance" en son gouvernement. 

Ce mardi, le Premier ministre, Edouard Philippe fera un discours à l' Assemblée Nationale puis est attendu au Sénat mercredi. Le président de la République, Emmanuel Macron doit lui annoncer des premières mesures avant Pâques. Mais elles pourraient s'égrener jusqu’à l'été. 

Paul Barcelonne avec Julien Vattaire