RMC

Les Corses redoutent un possible retour de la lutte armée du FLNC

Dans un communiqué envoyé à Corse Matin, le FLNC a menacé de reprendre les armes. Cette menace est intervenue le jour même de l'arrivée du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, en visite en Corse afin de tenter d'apaiser les tensions dans l'île depuis l'agression d’Yvan Colonna en prison.

Le FLNC menace de reprendre la lutte. Dans un communiqué envoyé au quotidien Corse-Matin mercredi, le front de libération national corse dénonce le "déni méprisant" de l'État face aux aspirations du peuple corse.

"Si l'État français demeurait encore sourd [...] rapidement les combats de la rue d'aujourd'hui seront ceux du maquis de la nuit de demain", avertit le mouvement indépendantiste clandestin.

Le FLNC a officiellement déposé les armes en 2014, au terme de quatre décennies de lutte armée marquées par plus de 4500 attentats revendiqués.

"Pour moi, ce sont des menaces dans le vide"

Sur une place du centre-ville d’Ajaccio, deux amies, Corinne et Nicole discutent de cette déclaration du FLNC. Si la portée symbolique ne fait pas de doute pour la première, le timing pose question pour la seconde.

"Ça apparaît comme une menace à peine voilée. Une manière un peu trop violente à mon sens, mais bon, quoi faire d’autre?”, s’interroge Corinne.

"Laissons les discussions se faire. Il ne faut pas quitter la table avant que les négociations ne soient faites. Pour moi, ce sont des menaces dans le vide”, lui répond Nicole.

Une crainte pour la saison d'été

À 66 ans, Antoine a lui aussi bien connu les attentats du FLNC. Et il pense que la Corse a déjà assez de problèmes comme ça. “Nous en Corse, on souffre un peu de la vie chère, de la pauvreté. Donc on espère que ça ne va pas recommencer”, confie-t-il.

Un peu plus loin, Juliette craint elle des répercussions très concrètes d’une reprise de la lutte armée.

“Il ne faut pas non plus exagérer. Là tout ce qu’ils vont faire, c’est arriver à bousiller la saison estivale pour les commerçants”, regrettre-t-elle.

Malgré le fait d’avoir déposé les armes, le FLNC a revendiqué le 1er septembre dernier une tentative d'attentat à proximité d'Ajaccio visant quatre bungalows touristiques.

Rémy Ink avec Guillaume Descours