RMC

Les mouvements de grève se multiplient en France: quels sont les secteurs impactés?

Le colère sociale monte en France. Alors que le secteur des carburants est touché par une importante grève qui provoque une pénurie d'essence dans le pays, de nombreux secteurs voient les mouvements de grève se multiplier. Comme par exemple dans le secteur de l'énergie, de l'industrie, et bientôt des transports avec la SNCF.

Depuis plusieurs jours, les employés de TotalEnergies et Esso sont en grève dans les raffineries. Des grèves qui provoquent de grosses perturbations dans les stations-service. En effet, beaucoup sont en pénurie de carburant. Les employés grévistes réclament notamment une hausse des salaires.

Après l'échec des négociations avec la direction de Total mercredi, les employés de Total ont prolongé la grève sur le cinq sites dont Donges, à la raffinerie de Feyzin, sur le dépôt de Flandes et à la raffinerie de la Mède.

Du côté de Esso, les deux sites du mouvement de Fos-sur-Mer dans les Bouches-du-Rhône et de Gravenchon-Port-Jérôme en Seine-Maritime, ont eux aussi reconduit les mouvements ce jeudi.

Mais dans leur sillage, d’autres secteurs ont décidé de, eux aussi, déposer des préavis de grève.

  • Centrales nucléaires :

La centrale nucléaire de Gravelines dans le Nord entre en grève dès ce jeudi. Les employés réclament une augmentation de 5%. Mais ce n'est pas la seule, quatre autres centrales sont déjà touchées par des mouvements sociaux dont celle de Bugey dans l'Ain, de Tricastin dans la Drôme, de Cruas en Ardèche et de Cattenom en Moselle.

Plus généralement, la fédération CGT de l’énergie a appelé à élargir la grève dans toutes les entreprises du secteur. Le syndicat a également confirmé qu’une grève nationale interprofessionnelle est prévue pour ce mardi.

  • Aéronautique :

Appel au débrayage ce jeudi sur tous les sites du groupe Safran. Une grève qui ne devrait durer que quelques heures, histoire de mettre la pression.

  • Automobile

L'intersyndicale de Volvo Renault Trucks a invité tous les salariés à se mettre en grève ce jeudi. "On a eu des augmentations générales de salaires de 2,6% seulement en début d'année. On a une inflation aujourd'hui qui frôle les 6% et on sait que ça va continuer à grimper. Les salariés n'arrivent plus à joindre les deux bouts et à finir les fins de mois, ce n'est plus possible", a indiqué Willy Demeau, délégué syndical CFDT à France Info.

Au total 7.500 salariés sont appelés à faire grève sur les cinq sites en France (Normandie, Haute-Vienne, Bourg-en-Bresse et Lyon).

  • Industrie :

Un mouvement de grève "prévu pour 72 heures reconductibles" a débuté mardi sur les deux sites du fabricant d'additifs pour lubrifiants Lubrizol en Seine-Maritime. Au total, 150 personnes sont en grève sur les sites d'Oudalle, près du Havre (260 salariés), et de Rouen (418 salariés), qui sont tous les deux "à l'arrêt", et n'expédient plus de produits, selon les syndicats à l'initiative de ce mouvement, la CGT et la CFDT.

Les salariés demandent eux aussi une revalorisation salariale.

  • SNCF :

Le syndicat de cheminot SUD-Rail, l'un des principaux syndicats représentatifs de la SNCF, a voté ce mercredi soir pour la grève à partir de lundi prochain au technicentre du Landy. Le mouvement pourrait prendre de l’ampleur puisque le syndicat SUD-Rail se réunit ce jeudi à 14h pour décider de quelle forme donner au mouvement au niveau national.

D'autres mouvement notamment dans le domaine du transport routier pourrait prochainement s'ajouter à cette liste non-exhaustive.

Guillaume Descours