RMC

Nouvel An: des voeux offensifs pour Emmanuel Macron

Le président de la République a présenté ses voeux aux Français lundi soir en adoptant un ton offensif après la crise des "gilets jaunes".

"Une petite pierre dans un exercice de reconstruction qui est périlleux et pas du tout acquis". Jonathan Bouchet-Petersen, journaliste politique à Libération a décrypté ce mardi matin en direct sur RMC la prise de parole d'Emmanuel Macron qui a adressé ses voeux aux Français lundi soir dans un message télévisuel enregistré.

"Ce qui est amusant c'est que le mot "gilet jaune" n'a pas été prononcé par le chef de l'Etat. Evidemment ça pesait sur chacun de ses mots. Il a été à l'offensive en disant qu'il est fier du travail accompli, fier des Français sans forcément avoir l'idée de tourner la page car ce n'est pas possible. Mais avec la volonté d'en écrire une nouvelle, de dire qu'il est encore là."

Une tonalité forte et un équilibre difficile à tenir pour satisfaire le plus grand nombre de personnes, surtout celles qui réclament sa tête ces dernières semaines.

Une intervention "quand même mieux réussie" que les précédentes durant la crise des "gilets jaunes"

"S'il veut vraiment continuer son entreprise de transformation, a priori sans changer de cap, c'est ça qui est compliqué en fait car il dit: "je vais vous donner la parole, je vais vous entendre, la colère est inédite mais en même temps est au delà de moi et vient de loin'."

Le chef de l'Etat n'a pas fait de nouvelles annonces sociales, trois semaines après son allocution télévisée du 10 décembre au cours de laquelle il avait annoncé 10 milliards d'euros d'aides en faveur du pouvoir d'achat pour tenter de répondre aux demandes des "gilets jaunes".

"Cette intervention a beaucoup énervé l'opposition, c'est bien normal car il y a un certain nombre de dénis de réalité qui leur apparaissent, mais elle est quand même mieux réussie que celle qui était totalement sous contrainte du 10 décembre et celle d'encore avant qui était dans le crépuscule d'une image pas du tout maîtrisée."
J.A.