RMC

"On dirait que le gouvernement essaie d'allumer la mèche": va-t-on assister à un "janvier noir" social?

Le gouvernement doit lancer sa réforme des retraites après la fin des négociations avec les syndicats. Mais ceux-ci, insatisfaits, promettent déjà des manifestations alors que l'inflation menace le pouvoir d'achat et que la crise énergétique pousse de nombreux artisans à ferme. Pas de quoi pour l'instant ébranler l'exécutif bien décider à mener à terme sa réforme.

Un très léger recul. Le gouvernement semble se diriger vers un report de l'âge légal de départ à la retraite à 64 ans, au lieu des 65 prévus initialement dans son projet de réforme. C'est ce qu'assurent les syndicats qui ont rencontré la Première ministre Elisabeth Borne lors du dernier round de consultations sur les retraites mercredi.

Pas de quoi cependant refaire tomber la colère qui gronde alors que les syndicats restent mobilisés. Même la modérée CFDT déplore "les mesures les plus dures de ces 30 dernières années dans une réforme des retraites", taclait Laurent Berger son secrétaire général à l'issue de la réunion.

Au gouvernement "ils sont complètement fous", selon Marie-Anne Soubré

Des manifestations sont déjà prévues et à la SNCF, on craint déjà des mouvements de grève alors que les cheminots se disent prêts à "taper très fort. Il faut dire que la réforme bat des records d'impopularité. Selon un sondage Elabe pour BFMTV, seuls 19% des actifs se disent pour cette réforme des retraites.

Pas de quoi inquiéter le gouvernement visiblement qui tient à sa réforme malgré un janvier noir qui se profile, en pleine crise énergétique, dopée par l'inflation: "Avec la hausse des prix de l’énergie, des matières premières, l’inflation, les particuliers, les restaurateurs, les artisans, le système privé et aussi les médecins, ne savent même pas comment ils vont payer leurs factures", rappelle ce jeudi sur le plateau des "Grandes Gueules" Marie-Anne Soubré.

"Et pendant ce temps-là, le gouvernement au lieu de gérer cette crise encore pire que celle du Covid-19, veut passer sa réforme. Mais dans quel monde vivent-ils? Ils sont complètement fous, on dirait vraiment qu’ils essaient d’allumer la mèche. C’est à se demander si au gouvernement, ils ne font pas exprès de créer le chaos", s'interroge l'avocate, sur RMC et RMC Story.

"Il ne faut pas craindre un janvier noir, il faut l'espérer", selon Bruno Poncet

"Il y a un décalage des technocrates qui pensent que les artisans et commerçants se gavent et peuvent payer une facture multipliée par 10, 15 ou 20", peste de son côté Mourad Boudjellal. "Comment ont-ils pu imaginer ça? Ils confondent chiffre d'affaires et marge", ajoute-t-il.

À l’origine, le gouvernement voulait engager sa réforme des retraites début 2020 mais avait dû suspendre toute concertation en raison de l’épidémie de Covid-19. Aujourd’hui, le retour de la réforme des retraites à l’agenda politique, cristallise les tensions contre un exécutif régulièrement pointé du doigt, notamment pour son utilisation tous azimuts du 49-3 à l’Assemblée nationale.

"Il ne faut pas craindre un janvier noir, il faut l'espérer", assure presque en guise de promesse le cheminot et syndicaliste de la SNCF Bruno Poncet. "Cela voudrait dire que le gens reprennent conscience de leur vie", estime-t-il.

G.D.