RMC

"On me dit d'attendre": depuis sept mois, la Banque postale refuse de lui donner son héritage

Tristan attend désespérément 8.000 euros, la succession de ses parents, morts coup sur coup. Mais l’argent est bloqué depuis sept mois par la Banque postale. Pourtant, il y a urgence. Tristan et ses frères ont plusieurs factures importantes à régler.

Tristan habite Clergoux, en Corrèze. Il a perdu ses deux parents coup sur coup, sa mère qui était malade en avril 2020, puis son père dans un accident de voiture en octobre 2021. Et à la douleur du décès de ses parents, est rapidement venu s'ajouter le stress lié aux problèmes de la succession. Car près de sept mois après la perte de ses parents, Tristan et ses deux frères n'ont toujours pas touché l'argent de la succession, un peu moins de 8.000 euros.

C’est l'argent du compte courant des parents à la Banque Postale. Pourtant, la notaire a bien notifié le décès à la banque, mais aujourd'hui, Tristan n'a même pas de quoi payer les pompes funèbres. "On doit payer aujourd'hui 2.000 euros de frais d'obsèques, 1.000 et quelques euros de taxe foncière, 100 euros et quelques de taxes d'ordures ménagères, sans compter les autres impôts qui vont arriver et les factures de clôture des comptes EDF et d'eau", raconte-t-il à RMC.

"Je suis dans l'incompréhension. J'ai fait les choses dans les délais impartis. Mon père est mort le 16 octobre, le 25 j'étais chez ma notaire. J'estime avoir respecté un délai raisonnable. Je n'ai pas fait le forcing jusque-là pour obtenir des réponses, mais on me dit d'attendre sans même me donner un délai ou m'expliquer ce qu'il se passe sur les comptes", ajoute Tristan.

La Banque postale est-elle dans son droit?

Et surtout, la Banque Postale n'est absolument pas dans son droit. Mais rien à faire. Même les pompes funèbres ont demandé le déblocage des frais d'inhumation, soit 5.000 euros. La Banque Postale n'a jamais donné suite et les pompes funèbres ont été jusqu'à demander une saisie sur le salaire de Tristan. La notaire, elle, assure que tout a été fait pour que l'argent soit transféré le plus rapidement possible.

Cette situation est incompréhensible pour Maître Jennifer Dalvin, avocate spécialiste des successions. "Le délai me paraît extrêmement long. C'est assez étonnant que la Banque Postale ne réponde pas. Les héritiers doivent d'abord saisir un médiateur dans un premier temps. S'ils veulent enclencher une action en justice, ils sont en mesure de saisir un tribunal judiciaire mais ces procédures-là sont longues et coûteuses. Ça peut prendre deux ou trois ans", assure-t-elle à RMC.

De son côté, la Banque Postale reproche au notaire de ne pas avoir transmis toutes les informations à temps. Ce que dément la notaire, qui assure avoir envoyé de très nombreuses relances à la banque. A la suite des appels de "RMC s'engage pour vous", la Banque Postale s'est finalement engagée à procéder au règlement des comptes. Lundi, l'argent n'était pas encore arrivé.

Joanna Chabas, Marie Dupin et Alexis Lalement