RMC

Plage, piscines, randonnées, camping... Ce qu'on pourra faire (ou pas) pour les vacances cet été

Edouard Philippe l'a affirmé: les Français pourront partir en vacances en juillet et en août. Un tourisme estival autorisé au sein de l'Hexagone et dans les Dom-Tom, mais qui s'accompagne inévitablement de quelques restrictions, notamment concernant les activités que pourront pratiquer les Français.

Edouard Philippe l'a annoncé ce jeudi: les Français pourront partir en vacances en juillet et en août. En métropole, en Corse, mais aussi dans les Dom-Tom.

Un feu vert pour les vacances d'été qui s'accompagne inévitablement de restrictions. Le virus circule toujours activement au sein du territoire. Alors, qu'auront le droit de faire, ou pas, les Français?

Est-ce qu’on pourra aller à la plage?

Des centaines de plages rouvrent depuis quelques jours, surtout sur la Côte Atlantique, pour la ballade ou la baignade. On parle de "plage dynamique" puisqu’il est interdit de stationner sur sa serviette, il faut bouger. Mais certains pensent déjà à la suite: La Grande Motte imagine un système d’emplacements délimités par des piquets, pour pouvoir bronzer, sans être collé à la serviette du voisin.

Est-ce qu’on pourra aller à la piscine?

Cette question n'a pas encore été tranchée. Le gouvernement n’en a pas encore parlé, c’est encore trop tôt, dit la mairie de Paris qui compte une quarantaine de piscines. Mais les spécialistes de la société d’hygiène hospitalière ne sont pas très rassurants : il existe, selon eux, un risque de transmission, en buvant la tasse par exemple ou si vous avez de l’eau dans les yeux. Il faudrait également une hygiène parfaite dans les vestiaires.

Est-ce qu’on pourra faire des balades à vélo?

Oui, mais en respectant les distances. Les consignes données par le ministère au début du mois sont strictes: il faut 10 mètres d’écart entre chaque cycliste. La Fédération de Cyclisme préconise de laver son vélo avant et après utilisation. Pareil pour le casque.

Est-ce qu’on pourra faire de la randonnée?

C’est autorisé depuis le 11 mai. Les guides ont repris leur activité à la montagne. Mais sous certaines conditions, seulement dans les endroits autorisés, rappelle la Fédération de la Randonnée. Pas plus de 10 personnes par groupe. On évite les itinéraires trop fréquentés ou les sorties un peu compliquées dans lesquelles il faut s’aider les uns les autres.

Est-ce qu’on pourra aller au camping?

Les camping pourront rouvrir. La Fédération Nationale de l’Hôtellerie de Plein Air assure que les conditions sanitaires sont réunies pour accueillir du public et qu’il existe des emplacements suffisamment grands pour respecter la distanciation. Le ménage pourrait également être renforcé dans les sanitaires.

Les professionnels du tourisme espèrent des réservations de dernière minute mais malgré ça, ils ne pourront pas rattraper le retard accumulé, selon Didier Arino, directeur général de ProTourisme: "Il est fort peu probable que les acteurs du tourisme puissent remplir leurs hébergements. A noter aussi qu’un certain nombre, devant l’incertitude, ont décidé de ne pas ouvrir leurs établissements car leur modèle économique ne leur permettra pas d’ouvrir pour cet été". Selon lui, les séjours à la montagne et à la campagne seront les plus prisés.

Pas de panique en tout cas concernant les remboursements: les campings, locations, hôtels, compagnies aériennes pourront "prendre les réservations", quitte à rembourser les voyageurs dans le cas d'une évolution défavorable de l'épidémie.

Est-ce qu’on pourra partir à l’étranger?

Edouard Philippe n’en a pas parlé ce jeudi, mais il disait il y a quelques temps que ce serait "déraisonnable" et invite les Français à partir en France.

Un tourisme au sein de l’Hexagone, qui ne dérange pas François, habitant de la capitale: "La France c’est vachement bien, il y a plein de coins super. Pas besoin d’aller dans des endroits très exotiques pour voir des choses magnifiques".

Est-ce qu’on pourra payer avec des chèques vacances? 

Le gouvernement le souhaite, en réformant l’Agence nationale des chèques vacances, pour que davantage de salariés puissent y avoir accès dès cet été dans les 210.000 hébergements ou transports qui les acceptent.

Quentin Vinet, Garance Munoz et Florian Chevallay (avec C.P.)