RMC

Primaire à gauche: après le débat, chez les pro-Hamon, "on s'attend à ce que cela paye dimanche"

Après le dernier débat de la primaire de la gauche, Benoît Hamon a été jugé le plus convaincant par les téléspectateurs (60% contre 37% de convaincus pour Manuel Valls), selon une étude de l'institut Elabe pour RMC. Alors, forcément, ses soutiens, réunis à la Bellevilloise dans le 20ème arrondissement de Paris, y croient plus que jamais.

Des désaccords, mais pas d'attaque virulente: Benoit Hamon et Manuel Valls ont débattu ce mercredi soir pour la dernière fois avant le second tour de la primaire de la Belle Alliance Populaire dimanche. Un duel qui n'a pas tourné à la foire d'empoigne, malgré des divergences sur le travail, la laïcité, ou encore la dette. Et, après plus de deux heures de débats, les téléspectateurs jugent que le plus convaincant des deux est Benoît Hamon, selon une étude de l'institut Elabe pour RMC. Le député des Yvelines devance Manuel Valls avec 60% des téléspectateurs convaincus contre 37% en faveur de l'ancien maire d'Evry.

Alors forcément, à son arrivée auprès de ses soutiens, réunis à la Bellevilloise dans le 20ème arrondissement de Paris, Benoît Hamon est regonflé à bloc: "Je suis impatient d'aller me frotter à Marine Le Pen et François Fillon". Et de confier: "Je me bats pour gagner. Je ne sais pas ce qui arrivera mais je me bats pour gagner". Pendant plus de deux heures, l'ancien ministre de l'Education nationale n'a rien lâché face à Manuel Valls. Dès lors, les militants, comme Roxane, y croient plus que jamais.

"Ne pas crier victoire tout de suite"

"Je l'ai trouvé excellent. Il a porté encore plus haut les propositions qu'il ne cesse de défendre depuis des mois et des mois, se réjouit-elle. Honnêtement, on s'attend à ce que cela paye dimanche." Au cours de ce débat, Benoît Hamon a même réussi à convaincre certains soutiens d'Arnaud Montebourg. C'est le cas de Lillia. Avant le débat, elle ne savait pas pour qui aller voter, maintenant son choix est fait: "Manuel Valls ne m'a pas convaincu. Pourtant, je me serais bien laissée convaincre mais dimanche je vais voter Benoît Hamon".

Toutefois, certains militants, comme Hugo, préfèrent garder la tête: "Je vais dire qu'on a plus de chances de gagner que de perdre. Mais je ne vais pas crier victoire tout de suite. Il reste encore quelques jours et les tendances peuvent s'inverser. On va voir ce qu'il va se passer". C'est pourquoi, jusqu'au jour du vote, il ira tracter devant la fac, sur les marchés pour faire gagner son candidat.

M.R avec Juliette Droz