RMC

Prix des carburants: colère des automobilistes et désarroi des pompistes

La flambée des prix du carburant continue. Désormais, à la pompe, l'essence s'affiche à 2 euros quand le diesel s'affiche à 2,10 euros le litre. Les pompistes sont en première ligne face aux clients, énervés, excédés, dépités par la hausse continue des carburants.

Le prix des carburants continue de grimper et en première ligne, face aux clients, les pompistes. Souvent impuissants face aux hausses successives, ils doivent désormais composer avec des consommateurs excédés ou désabusés comme à Autrans-Méaudre en Vercors, en Isère.

C’est la seule station-service des environs. La plus proche est à une vingtaine de kilomètres. À la caisse, derrière sa paroi vitrée, Arnaud voit défiler les clients.

"Chez certaines personnes, il y a un peu d’énervement. Ça devient vraiment trop cher et certains veulent finir à vélo”, indique-t-il.

Tous les carburants vendus ici ont passé la barre des deux euros. Il faut désormais faire un peu de pédagogie. “On essaie de les informer le plus possible, mais le problème, c’est que ce n’est pas forcément nous qui fixons les prix”, indique-t-il.

Une baisse des prix la semaine prochaine

En plus, impossible de baisser les marges assure Sylvain Rochas, garagiste, gérant de la station-service.

“On est au minimum. Ça couvre juste les frais d'entretien de l’électronique de la station, les papiers…”, confie-t-il.

Chaque jour, il est obligé d’afficher des prix toujours plus élevés. Du jamais-vu. “On ose même plus afficher le prix en bord de route, ça va faire peur aux gens. Mais bon, pas le choix, il faut en mettre dans la voiture”, admet-il.

Pas le choix, la voiture est le seul moyen de se déplacer pour les locaux. “On l’utilise pour tout, pour aller travailler, pour amener les enfants à l’école. On subit, c’est tout. Vu les événements, c’est difficile", indiquent des automobilistes.

Un motif d’espoir peut-être, ce vendredi matin sur RMC, Michel Edouard Leclerc, président du comité stratégique des centres Leclerc, a annoncé que le prix du gazole allait baisser de 35 centimes d’euros à partir de lundi.

Vincent Chevalier avec Guillaume Descours