RMC

Conséquence de l'augmentation des prix du carburant, le nombre de siphonnages explose

Alors que le prix de l'essence frôle les deux euros le litre, le nombre de vols est de plus en plus important. Le phénomène se constate principalement sur les chantiers ou dans les dépôts des entreprises.

C'est l'une des conséquences de la hausse du prix des carburants, les vols redeviennent de plus en plus nombreux. Pour l'instant, le phénomène est difficilement quantifiable mais patrons et représentants des fédérations des secteurs impactés savent qu'il faudra être très vigilant dans les prochaines semaines. Surtout que la guerre en Ukraine risque de provoquer de nouvelles augmentations des prix de l'essence.

>> A LIRE AUSSI - Prix de l'essence: le gouvernement envisage un nouveau coup de pouce aux automobilistes

Il y a deux semaines, Nicolas Meffre, directeur général du groupe Cheval a vu l’un de ses engins siphonnés.

“Un de mes gardiens les a fait fuir et on a pu récupérer les jerricans. Ils avaient eu le temps de charger environ 120 litres de carburant”, indique-t-il.

Ici, dans les travaux publics, dans la Drôme, mais aussi dans les transports, dans les Bouches-du-Rhône. “Il y a eu cinq véhicules de visés pour environ 2000 litres de carburant”, estime Pierre Garrone, le gérant de l’entreprise. “Le carburant était à 1,70 euros, donc mille litres ça fait 1700 euros et donc 2000 litres ça fait 3600 euros”, calcule-t-il.

Sécuriser les dépôts, un coût élevé

Des pertes importantes pour des petites structures. Certains emploient donc les grands moyens pour sécuriser leur dépôt, comme Alexandre Pellicia.

“On a installé des caméras à 360 degrés, des grillages un peu plus haut d’1,80 m environ et juste derrière le grillage, on met des merlons de terre” détaille-t-il.

Ce patron d’une entreprise de transport dans les Yvelines loue aussi des parkings sécurisés pour les longs déplacements. La facture totale est salée. “Je pense que le coût est peut-être même plus important que les vols, mais au moins, on a l’esprit tranquille”, indique-t-il.

Tous ont également demandé aux forces de l’ordre de multiplier les rondes autour des dépôts et des chantiers.

Vincent Chevalier avec Guillaume Descours