RMC

Religion au travail: "Les DRH sont souvent assez démunis"

Bien que minoritaires, les comportements conflictuels liés aux faits religieux en entreprise, comme le refus de travailler avec une femme, augmentent, selon un baromètre publié jeudi par l'Institut Montaigne.

Les comportements qualifiés de "rigoristes" sont en hausse selon un baromètre publié jeudi par l'Institut Montaigne: 12% des situations de travail selon cette enquête 2020-2021 réalisée par l'Observatoire du fait religieux en entreprise (OFRE), contre moins de 8% en 2019.

Ces cas comprennent aussi bien le refus de travailler avec une femme que la remise en cause de la hiérarchie, le refus d'effectuer certaines tâches ou la tentative d'imposer une pratique religieuse au travail.

Des comportements face auxquels "les DRH sont souvent assez démunis", selon Denis Maillard, consultant en relations sociales, auteur de "Quand la religion s’invite dans l’entreprise". "Ce sont des situations difficiles à objectiver: par exemple refuser de serrer la main d'une femme, ou quand une femme entre et que certains tournent la tête", explique-t-il.

"Il faut avoir des preuves de cette discrimination, c'est souvent difficile. Les gens vont rarement reconnaître qu'ils ne veulent pas travailler avec une femme. Mais ce sont des cas très minoritaires", précise-t-il aussi.

Une proportion stable du fait religieux au travail

Globalement, deux tiers des entreprises soit 66,5% des répondants (encadrants) disent rencontrer "régulièrement (31,3%) ou occasionnellement (35,2%)" le fait religieux au travail en 2020, une proportion qui a franchi un palier depuis 2016 mais s'est "stabilisée".

Dans 32% des cas, ils sont le fait d'hommes exclusivement et dans 16%, celui de femmes. 43% des faits sont repérés dans les entreprises de plus de 1.000 salariés mais les petites entreprises sont aussi concernées (12% des situations recensées dans celles de moins de 50 salariés).

L'industrie concentre une part significative des situations, suivie du transport, de la logistique, du BTP et de la grande distribution.

73% des situations concernent l'islam, 20% le catholicisme, 15% le judaïsme et 13% les cultes évangéliques. L'islam et le protestantisme évangélique sont le plus souvent les seules religions visibles.

P.B. avec AFP