RMC

230€ par ménage et par semaine épargnés: que vont faire les Français de leurs économies du confinement?

En raison des circonstances exceptionnelles que nous vivons, de nombreux Français ont réduit drastiquement leurs dépenses habituelles. Avec une question: les Français vont-ils conserver cet argent de côté ou le dépenser?

Les Français mettent beaucoup d'argent de côté. 230€ par ménage et par semaine selon une étude de l'OFCE (Observatoire Français des Conjonctures Economiques) sur les conséquences du confinement. 55 milliards d'épargne "forcée" au total.

L'ampleur de la crise économique de l'après 11 mai vont donc dépendre d'une question: les Français vont-ils conserver cette argent épargné ou le dépenser ?

Le gouvernement a prévu de son côté une baisse du PIB de 8% en 2020. L'OFCE ne s'avance par sur une prévision annuelle mais estime que le PIB va diminuer d'un tiers sur la seule période entre le 17 mars et le 11 mai.

"Quand on additionne on voit qu'on économise vite 300 euros !"

Pas de bars, pas de restaurants, pas de magasins... Pendant le confinement les achats se font forcément rares. Les seuls achats d'Alain, retraité du XVe arrondissement de Paris, c'est au supermarché du coin. Sa carte bleue sort très peu du porte feuille.

"On économise parce qu'on ne va plus au cinéma, les magasins sont fermés, les restos pareil... Quand on additionne on voit qu'on économise vite 300 euros !"

Alain estime ses économies à 1.200€ depuis le début du confinement, mais il ne compte pas les faire dormir à la banque.

"Si nous, les retraités qui avons un peu de pouvoir d'achat, on ne dépense pas c'est pas bon. Il faut aider à ce que le pays reparte et que les jeunes derrière aient du boulot et le moins de problèmes possibles"

"Il y a un risque important pour l'activité économique que tout le monde ait trop peur, que tout le monde épargne"

Le comportement d'Alain est le bon pour Xavier Ragot, président de l'Observatoire français des Conjonctures économiques. Il craint que de nombreux Français continuent à épargner par précaution après la crise.

"Il y a un risque important pour l'activité économique que tout le monde ait trop peur, que tout le monde épargne et que personne ne consomme, et que ça grippe un peu la machine à créer de l'emploi et du revenu en France."

Pour Xavier Ragot, c'est au gouvernement de rassurer les Français pour les encourager à dépenser.

Mahauld Becker-Granier et Antoine Thiercelin (avec J.A.)