RMC

A quelques jours d'Halloween, les bonbons représentent-ils un risque?

Des bonbons (illustration)

Des bonbons (illustration) - AFP

Plus d'une centaine de sucreries contiendraient des nanoparticules très mauvaises pour la santé. Notamment les nanoparticules du colorant E171.

On savait déjà que manger trop de sucreries n'était pas bon pour la santé. Mais manger des bonbons peut réellement s'avérer dangereux. Pas franchement rassurant à l’approche d’Halloween.

L'association Agir pour l'environnement tire la sonnette d'alarme sur le véritable contenu des bonbons. L'association a publié une enquête jeudi, et les résultats sont alarmants. Plus d'une centaine de sucreries contiendraient des nanoparticules très mauvaises pour la santé. Notamment les nanoparticules du colorant E171. Malabar, têtes brûlées, M&M's... tous ont en commun cet additif . 

Mathilde Detcheverry de l’association Avicenn, enquête sur les enjeux des nanosciences:

"Ces bonbons qui contiennent des dioxydes de titane, on sait aujourd’hui qu’une partie des particules de E171 sont d’échelle nanométrique. Leur toute petite taille fait qu’elle traverse plus facilement l’ensemble de l’organisme. Elle va s se retrouver dans différents organes le foie la rate l’estomac les reins, les ovaires, les testicules. Les scientifiques ont constaté des effets néfastes. Notamment des perturbations du système des cellules immunitaires"

L'association nationale des industries alimentaires (Ania) rappelle de son côté que la présence de nanoparticules "n'est pas interdite par les réglementations française et européenne".

Adrien Brunetti est responsable santé environnement à l’association France Nature Environnement:

"Il y a un règlement européen qui rend obligatoire l’étiquetage des nanos-matériaux dans l’alimentation humaine. On constate que ce règlement n’est tout simplement pas appliqué. Ce qui pose un vrai problème, puisque les consommateurs ne peuvent pas choisir en connaissance de cause. Ce qu’on demande aujourd’hui c’est qu’il un étiquetage obligatoire, et au-delà que tous les nanos-matérieux soient interdits dans l’alimentation humaine"

A quoi sert l’E171? A rendre les aliments plus blancs ou plus brillants. Ses dangers sont pointés depuis plusieurs années. En 2006, le centre international de recherche sur le cancer l'a classé comme possiblement cancérigène pour l'homme. En 2015, José Bové appelait déjà au boycott des produits contenant des nanoparticules de dioxyde de titane. Le 1er septembre, l'Agence européenne de sécurité des aliments vient de renouveler l'autorisation de cet additif E171.

Mélanie Delaunay (avec AM)