RMC

Affaire Vincent Lambert: François Hollande va rédiger ses directives anticipées de fin de vie pour "donner l'exemple"

L'ancien président de la République, François Hollande, invité de RMC ce mercredi, a évoqué l'affaire Vincent Lambert, et profité de l'occasion pour expliquer qu'il compte lui-même "donner l'exemple" et rédiger des directives anticipées sur sa fin de vie.

L’ancien président de la République, François Hollande, est revenu ce mercredi matin sur RMC sur l’actualité entourant l’affaire Vincent Lambert. Après un coup de théâtre, la cour d'appel de Paris a ordonné la reprise des soins permettant à Vincent Lambert d'être maintenu artificiellement en vie après dix années en état végétatif.

L'ancien maire de Tulle estime que c'est un "acharnement qui ne cesse pas" et assure avoir été "choqué" par les réactions des avocats qui célébraient comme s'ils avaient gagné un match de foot.

"On avait l’impression que c’était une équipe de football, comme si Vincent Lambert était un instrument pour défendre une thèse".

L'ancien chef de l'Etat a indiqué qu'"À un moment, il faut que la loi s'applique, éviter les recours qui créés des souffrances", disant penser à la famille de Vincent Lambert. "C'est un conflit familial, qui devient juridique mais qui ne doit pas être politique. Il y a la loi et toute la loi" a-t-il expliqué à Jean-Jacques Bourdin.

"Je vais rédiger mes directives anticipées (...) c'est important de donner l'exemple"

Quelle solutions pour éviter que cette situation se reproduise dans d'autres familles? Aujourd’hui en France, seuls 13% des plus de 50 ans ont rédigé ce qu’on appelle des directives anticipées, des consignes sur sa fin de vie. La ministre de la Santé Agnès Buzyn encourage chaque Français à le faire, et François Hollande a confié ce mercredi matin qu'il allait lui-même en faire part. 

"Moi-même, alors que j'ai promu cette réflexion, je me suis rendu compte que je faisais partie des Français qui n'avaient pas rédigé de directives anticipées. Et je vais le faire, car je considère que c'est très important de montrer l'exemple. Car, après, s'il n'y a pas de consignes ça peut créer des conflits au sein de la famille."

"Renforcer les moyens pour les soins palliatifs"

Faut-il un système plus ouvert comme en Suisse concernant le suicide assisté ? François Hollande estime qu'on en n'est pas encore là mais qu'il faudra de nouveaux débats.

"En France, on pense déjà à la prochaine avant d'appliquer l'existante. Concernant le suicide assisté, qui n'a rien à voir avec Vincent Lambert, là il y aura de nouveau des débats. Mais pour l'instant il faut absolument que la loi s'applique", explique-t-il concluant son propos en réclamant plus de moyens concernant les soins palliatifs.
James Abbott