RMC

Alerte sur des implants contraceptifs qui se logent dans le poumon: comment est-ce possible?

Deux jeunes femmes portant des implants contraceptifs sous la peau ont été victimes "de graves accidents" suite à la migration de l'implant dans leurs poumons.

C'est un moyen de contraception qui concerne 5% des femmes françaises: l'implant contraceptif. Il s'agit de petits bâtonnets cylindriques de 4 cm de long et de seulement 2 mm de diamètre, comparables à une allumette, qui sécrètent une hormone progestative en continu. Ils sont implantés juste sous la peau, généralement sur la face interne du bras.

L'Association des victimes d'embolie pulmonaire et AVC liés à la contraception hormonale (AVEP) donne l'alerte: deux jeunes femmes portant ce type d'implant sous la peau ont été victimes "de graves accidents" suite à la migration de cet implant dans leurs poumons, en 2017 et 2019.

Les deux victimes ont en effet vu leur implant contraceptif migrer dans leur système sanguin puis dans leurs artères pulmonaires entraînant "un risque vital". Elles ont subi plusieurs chirurgies lourdes pour régler le problème.

L'AVEP s'interroge: est-ce un problème lors de la pose de l’implant contraceptif - donc d'un problème de formation des praticiens? Ou bien un problème intrinsèque au dispositif, dû au frottement ou à l’activité physique? 

Depuis 2016, 30 cas de migration d'implants dans l'artère pulmonaire, ont été signalés à l'Agence du médicament. Des mesures de surveillance ont été mises en place mais l'ANSM veut, aujourd'hui mieux sécuriser le processus.

Bettina De Guglielmo