RMC

Avant une éventuelle réouverture, les restaurateurs réclament des informations sur le protocole sanitaire

Avant de pouvoir retravailler les restaurateurs aimeraient quelques informations supplémentaires, alors qu'une réouverture des terrasses pourrait avoir lieu mi-mai.

Alors que le gouvernement maintient son objectif de rouvrir petit à petit le pays à partir de la mi-mai, les restaurateurs se préparent. Mais pour organiser le retour des terrasses, au minimum, il reste beaucoup d'interrogations.

"Qu’est ce que je vous sers?", cette phrase, Lucas 25 ans attend avec impatience de pouvoir le prononcer à ses clients: "Voir des gens repartir content avec le sourire, qui ont bien mangé, qui ont passé une bonne soirée, qui ont pu passer un moment entre amis en famille, c'est la vie".

Depuis la fermeture des restaurants, il continue de travailler certes, mais avec le Click & Collect ce n’est plus même métier: "Ce n'est pas un service. vous ne conseillez pas le client, c'est la personne qui a fait sa commande et la seule relation de service, c'est d'avoir préparé la commande. La personne paye et voilà". Alors la réouverture à la mi-mai, il s’y accroche: "J'espère que ça ne reculera pas. Depuis le début ça recule à chaque fois".

>> A LIRE AUSSI - Application "TousAntiCovid": "Suis-je obligée d'indiquer que je suis vaccinée?"

"Il va falloir accélérer les choses si on veut pouvoir nous être organisés"

Relancer son restaurant, à Lyon, Julien Chazot ne demande que ça. Mais si on ne lui laisse que sa terrasse ce ne sera pas possible: "On a un restaurant avec une vingtaine de places en terrasse sans distanciation sociale. Si à l'heure actuelle il fallait mettre un peu de distanciation, on arriverait à une dizaine de couverts. Si on renouvelle ça fait 20 couverts par service, c'est intenable, c'est pas possible; on a une capacité intérieure de 40 couverts, si on peut au moins ouvrir la moitié, ça peut être jouable"

Et Julien se défend de vivre sur les aides de l’Etat. Dès qu’il le pourra il s’en passera: "Les 10.000 euros suffisent à geler notre structure mais cela ne nous permet pas de continuer à vivre. Faut pas penser que ça vient dans nos poches. On travaille à deux, on arrive quand il en reste un petit peu à se donner 1000 euros par mois."

Des restaurateurs qui ne lèveront pas le rideau, sont marginaux selon L’Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (Umih) du Rhône. Mais pour le président des restaurateurs, Thibault Salvat, cette potentielle réouverture est encore trop floue: "Il y a plusieurs questions: 'Est-ce-que les clients seront là cet été? Est-ce que les employés seront toujours en télétravail? Est-ce qu'il y aura un couvre-feu? On aimerait avoir plus de visibilité. On arrive à quatre semaines du 15 mai, date potentielle de réouverture, il va falloir accélérer les choses si on veut pouvoir nous organiser, relancer la filière d'approvisionnement et les recrutements. C'est du travail". Ce syndicat de l’hôtellerie rappelle aussi que seul 40% des restaurants et bars possèdent une terrasse. 

>> A LIRE AUSSI - Ventes records grâce aux confinements: ces produits "stars" du rayon bricolage

Rémi Ink, Lucie Nolorgues et Benjamin Pelsy (avec G.D.)