RMC

"C'est brutal et indépendant d'une obstruction nasale": la perte de l'odorat, symptôme du coronavirus

Les ORL alertent sur un autre symptôme associé au coronavirus: une perte de l'odorat et dans une moindre mesure à la perte de goût. Le docteur Jean-Michel Klein, médecin ORL à Paris et président du conseil national professionnel d’ORL était l’invité de la matinale de Jean-Jacques Bourdin.

Les ORL ont observé ces derniers jours "une recrudescence des cas d'anosmie", a indiqué vendredi Jérôme Salomon. Il s'agit d'une "disparition brutale" de l'odorat, mais sans nez bouché, et parfois accompagnée d'une disparition du goût, appelée "agueusie". 

Ce symptôme a été décrit par plusieurs personnes atteintes du Covid-19 et peut apparaitre de façon isolée ou avec d'autres symptômes liés au virus.

"On s’est aperçu que les anosmiques évoluaient vers des formes de covid. L’anosmie veut dire ‘qui n’a plus d’odorat’. La caractéristique c’est que c’est brutal et surtout, indépendant d’une obstruction nasale. Parce qu’il est logique d’avoir une perte de l’odorat quand on a le nez bouché mais quand on ne l’a pas, c’est moins logique", précise le président du conseil national professionnel d’ORL, le docteur Jean-Michel Klein.

"Surtout pas de lavage de nez, pas de traitement par corticoïdes locaux"

Alors, en cas d’anosmie brutale, le docteur Jean-Michel Klein conseille une chose: "Consultez votre médecin traitant ou un ORL de façon à confirmer les symptômes".

"Des tests sont à faire pour vérifier l’odorat avec un produit très agressif comme la javel ou l’ammoniaque. On va tester grâce à ça que l’odorat a disparu. A ce moment là, il faut vous mettre à l’isolement parce que ça peut être un signe prédictif du coronavirus. Surtout pas de lavage de nez, pas de traitement par corticoïdes locaux. On n’a pas de traitement donc on surveille et on attend que ça passe".

Le médecin ORL s’interroge sur l’apparition de ces symptômes car ni la Chine ni l’Italie, qui sont pourtant plus avancés dans l’épidémie que la France, n’ont donné l’alerte sur ces maux:

"Peut-être que les Italiens sont plus âgés dans leur pathologie et donc l’audition, la vision et l’odorat baissent avec l’âge donc ils le ressentent moins. Pour la Chine, je ne sais pas".

Bourdin Direct (avec C.P.)