RMC

Certains malades évitent toujours les urgences: "S'il y a un endroit où on ne risque pas d’attraper le coronavirus, c’est bien l'hôpital"

Alors que les Français vivent leur deuxième jour de "déconfinement", l'épidémie est toujours active et évolutive. Et une autre problématique inquiète le personnel soignant: les patients atteints d’autres pathologies n'osent toujours pas venir se faire soigner à l'hôpital.

263 nouveaux décès ont été enregistrés ces dernières 24 heures. A ce stade, l'épidémie de coronavirus a fait 26.643 morts, mais les admissions en réanimation continuent de baisser.

Déjà une autre crise inquiète... les patients atteints d'autres pathologies n'osent toujours pas venir se faire soigner à l'hôpital. "Une bombe à retardement sanitaire", pour les soignants de l'hôpital privé du Blanc-Mesnil en Seine-Saint-Denis. Le nombre de passages aux urgences a été divisé par trois. Et les premiers jours de déconfinement n'y changent rien.

C’est un service anormalement calme pour cet hôpital du 93. Il y a encore quelques semaines, tous les lits de cette salle étaient occupés par des patients atteints du coronavirus: "J’avais une patiente ici qui est décédée, une dame de 49 ans qu’on a intubée c’était impressionnant, c’était dramatique". 

"Les gens pensent qu’en venant à l’hôpital, on contracte le Covid"

Aujourd’hui, le silence. Amar Amrane, est le chef des urgences: "Je n’ai jamais vu ça. Où sont ces patients? Notamment tous ces patients atteints de pathologies chroniques cardiaques ou neurologiques".

Et les rares patients qui arrivent, ont laissé empirer leur état de santé pendant le confinement: "On a eu un patient de 68 ans en insuffisance cardiaque mais qui est arrivé dans un état de décompensation extrêmement avancé. Il n’arrivait plus à respirer, on a été obligés de l’intuber. Là, il est en réanimation".

Pour l’urgentiste, une seule explication: "Tous les jours, on a annoncé des morts depuis pratiquement deux mois. Les gens ont peur de venir, les gens pensent qu’en venant à l’hôpital, on contracte le Covid".

"S’il y a un endroit où on ne risque pas d’attraper le Covid, c’est bien chez nous"

Le docteur Amrane veut rassurer: "Dans toutes les urgences, vous avez deux filières, une Covid et une non Covid. Les patients ne peuvent pas se croiser, ce n’est pas possible. On a tellement souffert de cette crise que maintenant on sait faire. S’il y a un endroit où on ne risque pas d’attraper le Covid, c’est bien chez nous".

Pour le médecin il va falloir encore plusieurs jours avant que la peur ne se dissipe et que tous les patients osent de nouveau franchir les portes de l’hôpital.

Benoit Ballet et Marie Monier (avec C.P.)