RMC

Chloroquine, "Plaquenil", anti-paludique: le point sur ce traitement aux résultats "prometteurs" contre le coronavirus

RMC
Après des premiers essais effectués sur une dizaine de cas de personnes contaminées, le gouvernement veut maintenant étendre les tests pour conforter ces résultats.

InivUn espoir? Le laboratoire français Sanofi est prêt à offrir à l'Etat des millions de doses d'un anti-paludique de son stock de "Plaquenil", nom commercial de la chloriquine. Des tests ont été jugés "prometteurs" auprès de patients atteints du Covid-19. Ces essais thérapeutiques menés sur 24 patients volontaires à Marseille, dirigés par le professeur Didier Raoult. 

Ces malades ont reçu des doses de chloroquine, un médicament normalement utilisé contre le paludisme. Et selon ce médecin, les effets sont spectaculaires: six jours après le début du traitement, 25 % des patients sont encore porteur du virus, contre 90 % sans chloroquine. 

Prudence... et dangers du traitement

Le gouvernement juge donc ces essais "prometteurs" et veut les "étendre", mais indépendamment de ceux menés par le professeur Raoult, car pour l'instant, "il n'y a aucune preuve scientifique que cela fonctionne", selon la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye. 

C'est pourquoi, le ministre de la Santé Olivier Véran a donné son accord pour que d'autres équipes médicales se lancent dans "les plus brefs délais" et sur "un plus grand nombre de patients" pour conforter les résultats obtenus à Marseille. Des malades atteints du Covid 19 vont ainsi être traités avec ce médicament au CHU de Lille. Invitée de RMC, mardi matin, Marie-Paule Kieny, directrice de recherche à l'INSERM, a ainsi demandé à accélérer les essais cliniques.

D'autres experts scientifiques appellent à la prudence, notamment en raison des effets secondaires et du surdosage qui peut parfois entraîner de graves complications.

Caroline Philippe